Visite de projets dans le Grand Nord

L’Attaché de coopération et le chargé de mission société civile de l’Ambassade se sont rendus dans le Septentrion du 30 septembre au 4 octobre 2019 afin de réaliser un suivi de terrain de quatre projets financés en 2019. Ils ont également rencontré des partenaires, notamment ceux œuvrant auprès de la jeunesse, afin d’identifier de futures orientations pour les projets à venir.

Les régions du Nord et de l’Extrême-Nord, touchées par la crise de Boko Haram, sont prioritaires dans la stratégie de coopération française au Cameroun. C’est pourquoi quatre projets y ont été lancés en 2019. L’Attaché de coopération et le chargé de mission société civile de l’Ambassade les ont visités du 30 septembre au 4 octobre 2019 afin d’assurer le suivi de terrain.

Deux projets de stabilisation sont soutenus dans l’Extrême-Nord. Le premier, porté par l’ONG Care International vise à renforcer le développement socio-économique des régions périphériques de la crise. De Kaélé à Yagoua, en passant par Touloum, au sud-est de Maroua, plusieurs réalisations ont été visitées : réhabilitation de forages, mise en place de pépinières, etc. Ce projet mise sur une structuration des communautés (création d’associations et structures de gestion des biens communs), ainsi qu’une collaboration forte avec les autorités locales. Le projet a reçu une subvention de plus de 135 millions de francs CFA de la part de l’Ambassade. Une réunion de travail avec Care International a permis de dégager les futures orientations du projet, qui font la part belle à l’employabilité des jeunes. Ce sujet fera d’ailleurs l’objet d’un atelier en novembre prochain.

La jeunesse est également au cœur du deuxième projet de stabilisation soutenu par l’Ambassade. Porté par l’association Aldepa, il entend promouvoir la citoyenneté et la participation de jeunes, notamment dans les départements les plus touchés par la crise (Mayo Tsava et Mayo Tsanaga). Pour ce faire, la participation au niveau local est favorisée et des espaces de dialogue interreligieux sont aménagés. En parallèle, les jeunes repentis ou victimes de retour dans leurs localités sont accompagnés. Est également prévu un volet dédié au dialogue dans le cadre du processus gouvernemental de Désarmement, démobilisation et réinsertion (DDR). Il bénéficie d’un financement de plus de 26 millions de francs CFA.

Dans le cadre du fonds PISCCA de soutien à la société civile, deux projets sont aussi financés dans le Septentrion. Le premier rejoint les thématiques du projet d’Aldepa, également dans le Mayo-Sava et le Mayo-Tsanaga. En effet, l’association Mbagou Tolom a décidé de donner la parole à la jeunesse autour de la réinsertion des anciens combattants de Boko Haram, ainsi que des obstacles à l’inscription au registre d’état civil et leurs conséquences. Pour ce faire, l’association bénéficie d’une subvention de 13 millions de francs CFA pour former une vingtaine de jeunes à la technique du ciné-théâtre participatif. Des projections de courts métrages réalisés par ces jeunes seront organisées dans 12 communes de la région et suivies de pièces de théâtre participatives et de débats afin de sensibiliser les populations locales aux thématiques abordées.

Le second projet financé à hauteur de 13 millions de francs CFA sur fonds PISCCA est localisé dans la région du Nord, plus exactement à la périphérie du Parc national de la Bénoué. Le Centre des ressources agro-forestières, forestières et de formation continue (Ceraf Nord) contribue à favoriser l’intégration socio-économique des populations Mbororos. Cette communauté d’éleveurs nomades est marginalisée en raison de conflits d’intérêts territoriaux. L’association met en place une démarche participative d’analyse des besoins communs associant éleveurs et autorités traditionnelles.

Dernière modification : 11/10/2019

Haut de page