Visite de Madame l’Ambassadrice de France à Oku - 14 mai 2016

L’Ambassadrice de France au Cameroun, Christine Robichon, s’est rendue les 14 et 15 mai 2016 à Oku, commune située dans les montagnes de la Région Nord-Ouest.

JPEG

Mme l’Ambassadrice est allée sur les berges du lac d’Oku, lieu sacré pour la population locale, sanctuaire de biodiversité, patrimoine naturel conservé intact pour les générations futures.

JPEG

Sur l’esplanade du palais royal, elle a participé, en présence d’un millier de personnes, à une cérémonie présidée par le Fon d’Oku, SM Sentieh II, pour célébrer la coopération entre la France et la communauté d’Oku.

JPEG

Avec l’appui du Cirad et de l’Agence française de développement (AFD), le miel blanc d’Oku est l’une des deux productions camerounaises, avec le poivre de Penja, qui bénéficie d’une indication géographique protégée par l’Organisation africaine de la propriété intellectuelle (OAPI). Oku est un lieu d’intense et ancienne coopération franco-camerounaise en matière de recherche scientifique. Depuis une quinzaine d’années, des scientifiques camerounais et français explorent ensemble la biodiversité, l’environnement et l’histoire d’Oku, dans le cadre de partenariats (Université de Yaoundé 1, Université de Douala et Institut de recherche agricole pour le développement et, du côté français, l’IRD, le CNRS, le Museum national d’histoire naturelle, l’Ecole pratique des hautes études). Oku hébergeant le dernier massif forestier afro-montagnard de grande taille de l’Ouest africain, les recherches qui y sont conduites sont d’une particulière importance pour la compréhension de la biodiversité tropicale et pour formuler des stratégies pour la conservation et la gestion durable des milieux tropicaux.

JPEG

Le Fon Sentieh II a décerné à l’Ambassadrice le titre de Ya’ah. L’Ambassadrice a remis au Fon Sentieh II une collection archéologique composée notamment de fragments de poterie, dont les plus anciens datent du XVème siècle, mis au jour au cours de fouilles conduites ces dernières années près du palais royal d’Oku. Ces objets complèteront la collection du musée royal.

L’Ambassadrice a visité la coopérative des agriculteurs producteurs de miel blanc d’Oku, ainsi que deux sites où ont été réalisés des micro-projets financés par la France via le C2D et le PNDP : 28 bornes fontaines et un marché aux bestiaux (enclos à bestiaux et bâtiment administratif et sanitaire).

JPEG JPEG

Avec une centaine de personnes, l’Ambassadrice a participé, au centre communal, à une soirée de culture scientifique organisée dans le cadre de l’Ecole de terrain « Homme et biodiversité » coordonnée par Philippe Le Gall, entomologiste à l’IRD. Cette école de terrain réunit pour deux semaines à Oku une vingtaine d’étudiants en master, de doctorants et d’encadrants. Au programme, des conférences sur la biodiversité (Philippe Le Gall, IRD), sur la géologie (Robert Tendjim, Université de Yaoundé 1) et sur l’archéologie (Geoffroy de Saulieu, IRD) et la projection de deux films scientifiques réalisés par l’IRD : « Hubert le coléoptère » et « Foss business ».

L’Ambassadrice a exprimé le souhait que les actions de coopération franco-camerounaises servent le développement de l’ensemble des habitants d’Oku, commune qui dispose d’un exceptionnel patrimoine naturel et humain. La forêt, le lac, les traditions culturelles, sont vivants et pour le moment correctement préservés. Le miel, produit de la nature, mais aussi d’un savoir-faire culturel, voit sa qualité reconnue. Mais son avenir dépend de la préservation de la biodiversité locale, source de la richesse de demain.

 

 

Lire le discours prononcé par madame l’ambassadrice à cette occasion

Dernière modification : 09/06/2016

Haut de page