Une école de terrain sur la ressource en eau et les risques environnementaux à Yaoundé

Les universités de Ngaoundéré et de Montpellier ont organisé du 30 janvier au 9 février 2017, la 6ème édition de l’école de terrain Hydraride avec l’appui technique de l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD).

La 6ème édition de l’école de terrain Hydraride a été organisée avec l’appui technique de l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD) et grâce au soutien financier de l’OSU OREME, de l’IM2E et du programme ERASMUS+ CBHE.

Ce dispositif de formation à la recherche par la recherche répond à des besoins clairement identifiés : les étudiants européens ont peu de connaissances des réalités du terrain en zone intertropicale, alors que leurs homologues africains souffrent parfois d’un manque de savoir-faire technique. Cette école réunit des étudiants de niveau master et doctorat et des chercheurs et enseignants-chercheurs issus d’universités ou organismes de recherche français et africains. Les objectifs sont à la fois pédagogiques et scientifiques.

JPEG

Cette session 2016/2017 s’est déroulé sur les zones péri-urbaines du bassin versant de la Mefou qui draine la ville de Yaoundé. Elle a réuni une vingtaine de stagiaires de nationalité camerounaise, bolivienne, ivoirienne, tchadienne et française, issus des universités de Ngaoundéré, de Yaoundé 1 et de Montpellier (Master Sciences de l’Eau).

La formation de 15 jours a permis aux stagiaires de renforcer leurs connaissances techniques dans les domaines de l’hydrologie, l’hydrogéologie, l’hydraulique, l’hydrogéochimie et les sciences du sol. L’encadrement a été assuré par une équipe franco-camerounaise comprenant des personnels de l’Université de Ngaoundéré, de l’Université de Yaoundé 1, de l’Université de Montpellier et du CNRS (HSM), de l’OSU OREME, de l’Université de Rouen (M2C), de Grenoble Alpes Université (IGE), de l’INRA (LISAH) et du SMAAR (Carcassonne).

JPEG

Les données obtenues permettront de développer des modèles hydrauliques et alimenteront les projets de recherche des étudiants et des doctorants. Par ailleurs, le dispositif permet de fédérer une équipe pluridisciplinaire travaillant sur le bassin versant de la Mefou. En outre, cette année, Hydraride sert de support au lancement du projet de Master International MAREMA "Gestion de la ressource en eau et des risques environnementaux dans les métropoles africaines".

Le 3 février, Philippe Larrieu, Ministre Conseiller à l’Ambassade de France au Cameroun, s’est rendu sur le terrain à Nkolbisson pour saluer les participants et visiter les ateliers de géochimie, d’hydrométrie et d’hydrodynamique.

JPEG

Pour en savoir plus :
Benjamin Ngounou Ngatcha – ngatchangou@yahoo.fr
David Sebag – david.sebag@univ.rouen
Valérie Borrell-Estupina – valerie.borrell@umontpellier.fr

Dernière modification : 28/02/2017

Haut de page