Signature de la convention financière du FSP « Réussite universitaire et insertion professionnelles des jeunes au Cameroun »


Discours de Mme l’Ambassadrice

 

8 février 2016 / Ministère de l’Enseignement Supérieur

 

M. le Ministre de l’enseignement supérieur,
Messieurs les Recteurs,
Mesdames et Messieurs les Professeurs,
Mesdames et Messieurs les représentants des institutions d’enseignement supérieures du Cameroun,

 

La France soutient activement et de longue date l’enseignement supérieur au Cameroun.

Elle s’efforce de répondre à des besoins formulés par le Ministère de l’enseignement supérieur ou les établissements universitaires pour renforcer l’adéquation des formations supérieures au marché de l’emploi, ceci afin de favoriser l’insertion économique des jeunes et le développement du Cameroun.

Depuis 1992, trois importants programmes ont été financés par la France au Cameroun pour un montant total de près de 2.5 Milliards de Fcfa, afin d’accompagner le Ministère de l’enseignement supérieur dans les importantes réformes entreprises en ce sens :

• Le programme d’Ajustement de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Universitaire, lancé en 1992 ;

• Le programme d’Appui aux universités du Cameroun pour l’an 2000, lancé en 1998 ;

• Le Projet « Coordination et modernisation des établissements de l’enseignement supérieur technologique », lancé en 2003 ;

Au cours des années passées, le nombre des étudiants de l’enseignement supérieur camerounais a augmenté rapidement, atteignant plus de 400 000, chiffre auquel il faut ajouter les étudiants camerounais en train de parfaire leur cursus à l’étranger, notamment en France, où ils sont près de 7500.

Pour contribuer à la marche du pays vers l’émergence, le secteur universitaire doit fournir à l’économie et à l’Etat des personnels dotés de compétences adaptées aux besoins. C’est un défi d’autant plus grand que les besoins eux-mêmes évoluent et que les étudiants qui entrent à l’université seront, en nombre croissant, amenés à contribuer à la croissance et au développement en créant eux-mêmes leur emploi, en devenant auto-entrepreneurs.

L’insertion professionnelle des jeunes est une préoccupation largement partagée à travers le monde mais qui revêt une importance plus grande dans les régions à forte croissance démographique, en particulier en Afrique, ce qui fait peser sur les dirigeants des pays de ce continent de lourdes responsabilités.

Toujours désireuse d’appuyer les efforts des autorités camerounaises en vue d’une meilleure adaptation de l’enseignement supérieur aux enjeux, la France a créé en 2010, un « Pôle d’Appui à la Professionnalisation de l’Enseignement Supérieur en Afrique Centrale », le PAPESAC, hébergé au sein du Ministère de l’enseignement supérieur.

Ce pôle met à disposition des établissements d’enseignement supérieur, l’expertise de 4 assistants techniques spécialisés dans les questions de professionnalisation de l’enseignement supérieur.

Aujourd’hui, nous ouvrons une nouvelle étape de la recherche de solutions concrètes et innovantes pour l’université camerounaise de demain en lançant le projet intitulé « Réussite universitaire et insertion professionnelles des jeunes au Cameroun ».

Financé par la France pour un montant de 196 Millions de Fcfa, ce projet a été conçu en liaison avec vos services, Monsieur le Ministre. Il sera mis en œuvre dans deux établissements pilotes, un public et un privé, l’Université de Yaoundé 1 et l’Université des Montagnes.

Son objectif est de mettre au point les moyens d’œuvrer efficacement à l’insertion professionnelle des jeunes - et plus particulièrement des jeunes femmes – en développant l’interaction université-entreprise, en accompagnant mieux les étudiants et en favorisant l’auto-emploi pour les jeunes diplômés.

Les actions menées dans le cadre de ce projet ont vocation à être transposables dans d’autres établissements.

Je souhaite la réussite de ce projet, qu’il fasse la fierté des personnes chargées de le mettre en œuvre et la satisfaction des étudiants qui en bénéficieront.

Je vous remercie./.

Dernière modification : 08/02/2016

Haut de page