Signature de la Convention de financement au bénéfice de l’Organisation Africaine de la Propriété Intellectuelle (OAPI)

8 avril 2016

 

Monsieur le Ministre,
Monsieur le Directeur Général de l’OAPI,
Monsieur les membres du Comité National des Indications Géographiques du Cameroun,
Mesdames et Monsieur,

C’est avec plaisir que je participe à cette cérémonie de signature d’une convention de financement au bénéfice de l’Organisation Africaine de la Propriété Intellectuelle, l’OAPI.

Depuis 2008, la France, à travers l’Agence Française de Développement, accompagne l’OAPI dans le développement d’un large programme visant à favoriser, dans ses Etats membres, l’émergence d’indications géographiques protégées.

L’Indication Géographique, comme Monsieur le Directeur général de l’OAPI vient de le rappeler, est un droit de propriété industrielle qui identifie et protège un produit naturel, agricole, artisanal et industriel, originaire d’un espace géographique précis et dont les qualités sont spécifiques. Les Indications Géographiques ne sont pas seulement un outil de protection juridique et de développement commercial mais également un moyen de protection de l’environnement et de savoir-faire traditionnels.

Grâce à une subvention de 660 millions de FCFA, l’OAPI a déjà conduit un projet pilote, qui a pris fin en 2014 et qui a abouti à l’enregistrement des trois premières Indications Géographiques d’Afrique subsaharienne : deux au Cameroun, le poivre de Penja et le miel blanc d’Oku et une en Guinée, le café Ziama-Macenta.

Ce premier projet a montré qu’il était possible d’établir et de faire reconnaître des Indications Géographiques en Afrique subsaharienne.

Il a montré aussi que ces Indications Géographiques avaient un impact positif sur les revenus des producteurs et sur le développement économique des zones rurales productrices.

Le projet a montré que les Indications Géographiques pilotes avaient en effet apporté une amélioration de la qualité des produits, une augmentation du prix de vente, un accès à de nouveaux marchés notamment à l’exportation, une augmentation du nombre de producteurs et de la production ainsi qu’un meilleur accès, pour les producteurs, aux financements. Il a également eu pour effet d’améliorer la notoriété du produit et l’image de qualité véhiculée par l’Indication Géographique et, par-là, de valoriser le territoire de production, tant à l’intérieur du pays qu’à l’extérieur. Ainsi, pour le Poivre de Penja, le Miel d’Oku et le Café Ziama Macenta, l’Indication Géographique a contribué à développer un sentiment de fierté d’appartenance des populations à leurs terroirs. Les représentants des producteurs du Poivre de Penja et du Miel blanc d’Oku, parmi nous aujourd’hui, peuvent le confirmer.

La convention signée aujourd’hui, d’un montant de plus de 2 Milliards de FCFA, marque un approfondissement du partenariat entre l’AFD et l’OAPI et confirme l’intérêt constant que porte la France à l’intégration économique régionale et à la protection des produits de qualité.

Grâce à cette subvention, l’OAPI va promouvoir les Indications Géographiques, dans le cadre d’un dialogue renforcé avec diverses institutions internationales et françaises.

Dans les enceintes internationales, la France s’efforce d’œuvrer à une plus large reconnaissance des Indications Géographiques. Elle se félicite de l’action de l’OAPI en ce sens.

Je tiens à saluer l’engagement personnel du Directeur général de l’OAPI et son rôle moteur dans la promotion des Indications Géographiques en Afrique.

Permettez-moi enfin de rappeler que les deux phases du Programme d’appui aux Indications Géographiques ont été financées dans le cadre du Programme de Renforcement des Capacités Commerciales (PRCC), qui est un instrument bilatéral français d’aide au commerce, qui a déjà accompagné, en Méditerranée, en Afrique Sub-saharienne et dans le Sud-est asiatique, plusieurs projets visant, à travers la mise en place d’Indications Géographiques, au renforcement des filières agricoles, à la mise aux normes, à l’appui aux capacités et à la mise à niveau des PME, au développement de services commerciaux et de structures collectives et à la facilitation de compagnonnages et partenariats.

Grâce au projet financé par la convention signée aujourd’hui et aux initiatives de l’OAPI et de ses Etats membres, plusieurs Indications Géographiques émergeront en Afrique au cours des prochaines années. Etant Ambassadrice au Cameroun, je souhaite naturellement que certaines d’entre elles concernent des produits camerounais. Je souhaite qu’elles contribuent à valoriser les produits de qualité dont l’Afrique regorge et que ces produits fassent la fierté des hommes et des femmes à qui ils sont dus.

Je vous remercie de votre attention.

Dernière modification : 11/04/2016

Haut de page