L’appui de la France à la recherche en réseau en Afrique : la coopération scientifique joue la carte de la solidarité

JPEG

Les 10 et 11 mars 2016, Yaoundé a accueilli le séminaire de restitution du Programme d’appui à la recherche en réseau en Afrique (PARRAF), financé par le ministère français des Affaires étrangères et du Développement international (MAEDI). L’occasion pour les chercheurs du programme de présenter le bilan des recherches conduites depuis 4 ans, dans les domaines de la santé, de l’environnement et de la sécurité alimentaire. La participation d’institutions nationales et internationales favorisera également le dialogue entre acteurs du développement des pays du Sud.

Promouvoir l’expertise des chercheurs africains pour relever les défis du développement

Organisé à l’Université Yaoundé 1, avec le soutien du ministère de la Recherche scientifique et de l’Innovation du Cameroun (MINRESI), de l’Ambassade de France et de l’IRD, le séminaire final du programme PARRAF a réuni une cinquantaine de participants : chercheurs membres des 7 réseaux du programme, organisations internationales (Communauté économique des états de l’Afrique Centrale, Union économique et monétaire ouest-africaine, Agence universitaire de la francophonie, Conseil africain et malgache pour l’enseignement supérieur), décideurs (représentants du MINRESI et du ministère de l’Habitat et du Développement urbain du Cameroun).

Présentations des résultats de recherche, déjeuners thématiques et débats ont rythmé ces deux journées de restitution, qui se sont tenues en présence du Professeur Ogobara Doumbo, directeur du Malaria Research and Training Center à Bamako et coordinateur du réseau sur la lutte antihelminthique et ses conséquences sur la santé des populations (RELACS).
Les participants se sont interrogés notamment sur la place de la recherche dans la définition des stratégies nationales et internationales permettant d’atteindre les Objectifs du développement durable (ODD), adoptés en septembre 2015 par les Nations Unies. Les membres des réseaux ont proposé également aux décideurs et bailleurs leurs offres d’expertise, en matière de recherche, de renforcement des capacités et d’innovation, développées dans le cadre du programme.

Mobilisation de l’expertise PARRAF lors de la COP21

Les chercheurs du programme PARRAF ont été mobilisés lors de manifestations internationales, notamment à la COP21 à Paris en décembre 2015. Le réseau Carbone des sols pour une agriculture durable en Afrique (CaSA) a ainsi présenté, lors d’un side-event, ses résultats de recherche sur les impacts des différentes pratiques agricoles durables développées en Afrique sur le stockage du carbone dans le sol, ainsi que les différentes méthodes de mesure de ce stockage. Un livre blanc et un guide des bonnes pratiques en matière agricole sera publié prochainement.

JPEG

 

PARRAF : intégrer les chercheurs africains dans la communauté scientifique internationale

Alors qu’elle abrite plus de 10 % de la population mondiale, l’Afrique subsaharienne ne regroupe que 0,8 % des chercheurs de la planète . Si les équipes produisent d’excellents résultats, elles doivent faire face à plusieurs obstacles : leur taille restreinte rend difficiles les recherches pluridisciplinaires, la création d’écoles doctorales, l’expertise et la valorisation des résultats.

Face à un tel constat, le ministère français des Affaires étrangères et du développement international (MAEDI) a confié à l’Institut de recherche pour le développement (IRD) la coordination du programme PARRAF en 2012. Ce programme, financé dans le cadre du Fonds de solidarité prioritaire (FSP), a pour objectifs de : renforcer les capacités scientifiques en Afrique, soutenir l’émergence et la structuration de réseaux régionaux de recherche et favoriser l’intégration des chercheurs africains dans la communauté scientifique internationale.

Santé, agriculture, environnement : sept réseaux soutenus

Le programme PARRAF a soutenu sept réseaux, réunissant des équipes issues de quinze pays africains - Côte d’Ivoire, Cameroun, Bénin, Madagascar, Sénégal, Mali, Tchad, Ouganda, Tanzanie, Niger, Gabon, Ghana, Burkina-Faso, Guinée, Maroc, Tunisie, Centrafrique - en partenariat avec des équipes françaises ou d’Afrique du Nord :
• Réseau africain de recherche en urbanisation (RUBAFRIQUE)
• Réseau carbone des sols pour une agriculture durable en Afrique (CaSA)
• Réseau sur la lutte antihelminthique et ses conséquences sur la santé des populations (RELACS)
• Gestion du risque hydrométéorologique dans les villes africaines (RHYVA)
• Réseau protection des végétaux pour le conseil, la formation et la recherche en agriculture durable (ProVeg)
• Réseau de recherche-développement sur les systèmes piscicoles extensifs familiaux en Afrique de l’Ouest et centrale (Ré-SyPiEx)
• Réseau de recherche sur les maladies entériques en Afrique de l’Ouest (Rementa)

PARRAF recouvre des thématiques scientifiques larges en réponse aux enjeux du développement : agronomie et sécurité alimentaire ; urbanisation et gestion des territoires ; maladies de civilisation et politiques de santé publique ; environnement et changement climatique.

Pour en savoir plus :
www.ird.fr/les-partenariats/programmes-multilateraux/programme-d-appui-a-la-recherche-en-reseau-en-afrique-parraf

Dernière modification : 30/03/2016

Haut de page