Restitution par l’IRD et la CUY de l’étude pour la restauration des massifs forestiers de Yaoundé

L’événement qui s’est déroulé le 26 septembre 2017 a mobilisé une cinquantaine de participants venant de plusieurs ministères techniques, des partenaires de la coopération française et allemande ainsi des universitaires camerounais.


Restauration des massifs forestiers de la Ville de Yaoundé

La Communauté Urbaine de Yaoundé et l’Institut de Recherche pour le Développement restituent l’étude préalable

 

JPEG

Le mardi 26 septembre 2017, L’Hôtel de Ville de Yaoundé a abrité la cérémonie de restitution de l’étude préalable portant sur la restauration des massifs forestiers de la ville de Yaoundé. Cet événement a mobilisé une cinquantaine de participants venant de plusieurs ministères techniques, des partenaires de la coopération française et allemande ainsi des universitaires camerounais. Etaient également présents, l’Ambassadeur de France au Cameroun, SEM Gilles Thibault, le Délégué du Gouvernement auprès de la Communauté Urbaine de Yaoundé, Gibert Tsimi Evouna et le Représentant par intérim de l’IRD et coordonnateur de l’étude, Pierre Couteron.

Yaoundé : vers une ville durable

JPEG

La Communauté Urbaine de Yaoundé (CUY) souhaite restaurer les massifs forestiers des collines et hauts reliefs de la Ville. Ce projet s’inscrit dans le cadre d’un Plan Pluriannuel visant à préserver les cordons forestiers péri-urbains afin de stopper le front d’urbanisation qui menace l’écosystème avec des risques d’éboulement et d’érosion. La CUY prévoit de planter, à très court terme, plusieurs dizaines de milliers d’arbres pour reboiser les Monts Messa, Mbankolo et Yéyé.

Le 18 janvier 2017, la CUY fait appel à l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD), établissement français de recherche scientifique, pour conduire une étude préalable à la restauration de ces trois massifs forestiers. L’étude réalisée par l’IRD, comporte un volet botanique et un volet ichtyologique, propose des pistes d’actions concrètes pour reboiser et aménager les collines concernées.

JPEG

Les travaux ont inclus une cartographie de l’occupation du sol et du couvert végétal par image satellite à très haute résolution, des entretiens avec des personnes-ressources (fonctionnaires, expert financier, forestiers) et des prospections de terrain botaniques et ichtyologiques (poissons). Ils ont impliqués des professeurs et des étudiants de laboratoires de l’UY1 partenaires de l’IRD.

Etat des lieux

La pression foncière est partout manifeste (remises en cultures, ouverture de layons, pose de bornes, construction de nouvelles maisons). Les trois monts sont affectés à des degrés divers par les défrichements. Sur les monts Messa et Mbankolo, les cultures vivrières et les jachères associées occupent environ 75% de la surface, contre seulement 5% pour les lambeaux de forêts à couvert fermé. Les cultures entretenues et les jachères couvrent 20% du mont Yéyé, contre 20% pour les forêts, et une grande partie de l’espace restant (couvert ligneux intermédiaire) est occupé par des cacaoyères. Bien que restreints et perturbés, les lambeaux de forêt des trois monts renferment au moins 142 espèces d’arbres et constituent une base intéressante pour la reconstitution du couvert. La faune de poissons est très appauvrie par rapport au contexte régional (bassins du Nyong et de la Sanaga), avec seulement 7 espèces, dont 3 introduites à tendance envahissante. Ceci résulte de la pollution et de la présence de ces trois dernières espèces. Aussi, il n’est envisageable de réintroduire des espèces locales que dans des plans d’eau non connectés au réseau hydrographique ou dans les cours d’eau du mont Yéyé, moins dégradés et pas encore envahis.

JPEG

Les recommandations formulées par cette étude vont de la politique générale, au travers d’une nécessaire clarification des droits fonciers et d’usage aux détails techniques des interventions pour la conservation, la restauration du couvert arboré et des écosystèmes. Le tout visant à contribuer à un observatoire de l’environnement urbain et à une politique intégrée de gestion durable du "cordon forestier" du Grand Yaoundé.

Dernière modification : 27/10/2017

Haut de page