Remise des certificats aux lauréats camerounais du forum "100 innovations pour le développement durable en Afrique"


REMISE DES CERTIFICATS AUX LAUREATS CAMEROUNAIS DU FORUM « 100 INNOVATIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DURABLE EN AFRIQUE »

 

DISCOURS DE S.E. MME CHRISTINE ROBICHON, AMBASSADRICE DE FRANCE AU CAMEROUN
(YAOUNDE, 22 JANVIER 2014)

 _____________ 

 

Mesdames et Messieurs les Ministres,
Messieurs les lauréats du forum « 100 innovations pour le développement durable en Afrique »,
Mesdames et Messieurs, représentants d’organisations, internationales, d’entreprises privées, des universités et de la société civile,

L’occasion de notre rencontre ce soir, c’est la remise de certificats aux cinq lauréats camerounais du forum « 100 innovations pour le développement durable en Afrique »

Beaucoup d’entre vous ont déjà entendu parler de cette initiative. Elle a fait l’objet d’une rencontre très médiatisée, à Paris le 5 décembre 2013, la veille du Sommet de l’Elysée, sommet auquel a pris part le Président du Cameroun, Paul BIYA.

La rencontre du 5 décembre a mis en lumière le dynamisme économique de l’Afrique, continent jeune, continent d’avenir avec lequel la France, a des relations anciennes qu’elle souhaite rénover et développer. Le Président de la République a fixé à cette fin deux objectifs : doubler les échanges commerciaux entre la France et l’Afrique d’ici 5 ans et dans le même temps doubler aussi les interventions de l’AFD (Agence française de développement sur ce continent).

Le forum « 100 innovations pour le développement durable en Afrique » a montré la richesse des Africains en intelligences et en créativité et leurs capacités à contribuer par leurs innovations, à la fois à la lutte contre la pauvreté et à la préservation de la planète.

Ce forum n’était pas une première en soi. Ce qui a fait son originalité, c’est son lien avec le thème du Sommet de l’Elysée : « paix et sécurité ». Nous savons tous qu’il ne peut y avoir de paix et de sécurité sans développement et qu’il ne peut y avoir de développement sans paix et sécurité. Nous savons aussi que le développement durable, en Afrique comme ailleurs, passe par la croissance et l’équité et nous connaissons tous le lien entre innovation et croissance.

La recherche, qui est l’un des prérequis de l’innovation doit être soutenue ; la recherche publique comme la recherche privée. Le challenge, c’est de faire en sorte que cette recherche soit plus proche, non seulement des demandeurs et des utilisateurs, mais aussi des décideurs et des investisseurs. La France agit en ce sens au Cameroun, à travers les appuis importants qu’elle apporte à la recherche camerounaise, via l’IRD, le CIRAD, l’ANRS et le C2D notamment.

Le forum « 100 innovations pour le développement durable en Afrique » a également été un moyen, sous la forme d’un concours, d’encourager la recherche africaine.

Plus de 800 candidatures ont été déposées à la date limite, en octobre 2013. Tous les projets ont été analysés par des experts de l’AFD. La sélection a ensuite été faite par un jury indépendant, composé par trois personnalités, que certains d’entre vous connaissent : Winny BYANYIMA, Directrice Générale d’OXFAM international, Malamine KONE, PDG d’Airness et Jean-Michel SEVERINO, ancien Directeur Général de l’AFD, actuellement gérant du cabinet « Investisseurs et Partenaires Conseil ».

L’un des lauréats camerounais, Réné-Pierrot EKOE, de Schneider-Electric - il est avec nous ce soir – est allé présenter son innovation à Paris le mois dernier.

La sélection a été sévère (1 dossier sur 8 a été retenu). C’est dire l’excellence et l’originalité des projets distingués. Avec 5 « trophées », le Cameroun occupe la 7ème place, sur 33 pays représentés. Les cinq innovations camerounaises sélectionnées portent sur l’énergie durable et sur les nouvelles technologies de l’information. Elles confirment l’excellence des chercheurs et des ingénieurs du Cameroun dans des domaines pointus relevant des sciences fondamentales et des sciences du vivant.

En tant qu’Ambassadrice, je plaiderai pour que la France conforte, dans les années à venir, son appui à la recherche et à l’innovation au Cameroun, afin que se développent des partenariats encore plus fertiles pour les Français et pour les Camerounais, tant sur le plan intellectuel, que sur le plan économique.

Je vais maintenant avoir le plaisir et l’honneur de remettre les certificats./.

Dernière modification : 23/01/2014

Haut de page