Réception d’annonce des lauréats des bourses du Gouvernement français 2015


RECEPTION – LAUREATS DES BOURSES DU GOUVERNEMENT FRANÇAIS 2015

Discours de Mme Christine Robichon
Ambassadrice de France au Cameroun

(Yaoundé, 19 juin 2015)

 

Mesdames et Messieurs les représentants des universités et des institutions d’enseignement supérieur publiques et privées du Cameroun ;
Mesdames et Messieurs les membres de l’Association camerounaise des anciens de l’Ecole Nationale d’Administration de Paris ;
Mesdames et Messieurs les membres de l’association des anciens boursiers du Gouvernement français ;
Mesdames et Messieurs, les futurs boursiers ;
Mesdames et Messieurs ;

Bienvenue à tous à la Résidence de France.

JPEG

L’attribution de bourses à des étudiants étrangers est un des volets de la diplomatie globale de la France. S’inscrivant dans une logique de coopération, les bourses visent à soutenir le développement des pays partenaires et amis de la France.

La France propose chaque année des bourses, d’études ou de stages, qui permettent à des étudiants camerounais de poursuivre leurs études supérieures en France, en priorité dans des domaines correspondant à des besoins identifiés de leur pays.

JPEG

Ces bourses sont majoritairement accordées à des étudiants en Master, en 3ème cycle et en post-doctorat. La qualité des universités du Cameroun permet aux étudiants de ce pays d’y recevoir une bonne formation de premier cycle, avant de choisir éventuellement la France pour se spécialiser dans des secteurs où l’offre est encore insuffisamment développée chez eux.
Les bourses contribuent en outre au dynamisme des partenariats entre universités de nos deux pays, notamment en renforçant les capacités des enseignants et des chercheurs des universités camerounaises, à travers une mobilité encadrée. Pour les doctorats, la formation en alternance est privilégiée avec des préparations en cotutelle ou en codirection, permettant à l’étudiant d’effectuer plusieurs séjours en France.

JPEG

Depuis 10 ans, la France a soutenu financièrement les études en France de 1297 étudiants camerounais, ce qui représente un coût d’un peu plus de 10M€. En moyenne, 120 jeunes camerounais boursiers du gouvernement français sont présents dans les universités françaises. Ils bénéficient de la prise en charge de leur voyage, de leurs frais d’inscription et d’une couverture sociale. Ils reçoivent en outre une allocation mensuelle d’environ 700 euros. Ces avantages leur permettent de profiter au mieux de l’enseignement qu’ils suivent et d’en tirer le meilleur pour le faire fructifier à leur retour au Cameroun.

Comme l’a rappelé le Ministre de l’Enseignement Supérieur au dernier Salon pour la Promotion des Etudes Françaises à Douala : étudier à l’étranger doit permettre d’acquérir des compétences pour participer au développement du Cameroun, pour innover et créer au Cameroun. C’est bien dans cet esprit de partenariat que s’inscrit notre programme de bourses.

JPEG

Je suis heureuse de recevoir les lauréats 2015 et de fêter avec eux leur proche départ vers la France. Vous êtes cette année 67. Vous avez des profils et des projets très variés, parfois très précis comme celui d’un étudiant de l’ENSAI de N’Gaoundéré, que j’ai eu le plaisir de visiter tout récemment. Il va aller à Bordeaux travailler à la conception d’un séchoir biomasse-solaire pour le séchage de fruits et légumes tropicaux. Dans un tout autre domaine, un étudiant de l’Université de Dschang intégrera l’Université Panthéon-Assas à Paris, où il fera une étude comparée sur la régulation de l’activité bancaire dans la CEMAC et dans l’Union Européenne. Dernier exemple : le lauréat du dernier Forum de la Mode de Yaoundé va se spécialiser deux mois à Paris.

Pour fêter les boursiers 2015, j’ai convié ce soir les représentants de l’association des anciens boursiers du Gouvernement français. Ils ont vécu cette expérience de l’expatriation en France. Ils ont maintenant des responsabilités au Cameroun. Ils pourront prodiguer aux partants des conseils.

Je suis également heureuse de recevoir ce soir les lauréats 2015 du très sélectif concours de l’Ecole Nationale d’Administration. Cette année, 134 candidats ont déposé un dossier pour entrer dans cet établissement de grande réputation. Au terme d’une rigoureuse procédure de sélection, seuls 3 ont été retenus. Deux partiront pour l’ENA et le troisième pour l’Institut Régional d’Administration. Ils rejoignent ainsi les 96 anciens élèves camerounais de cette très prestigieuse école. Et c’est avec plaisir que je retrouve ce soir les membres de l’Association camerounaise des anciens de l’Ecole Nationale d’Administration de Paris.

Je terminerai en souhaitant aux nouveaux boursiers un bon séjour en France, qu’il soit studieux mais aussi riche de découvertes, de partages et d’échanges. Soyez en France les fiers ambassadeurs de votre pays et de ses universités de qualité. Revenez avec des compétences renforcées contribuer au développement du Cameroun et au renforcement des liens d’amitié et de confiance entre nos deux pays.

Je vous remercie./.

Dernière modification : 21/07/2015

Haut de page