Portrait de Français au Cameroun : Alain Cosson

Alain vit en famille à Kribi depuis quelques années. Pour lui, s’installer dans cette petite ville paradisiaque est un rêve devenu réalité.

Alain est fils d’un marin pêcheur de Vendée. Son origine est un des facteurs qui l’a poussé à choisir Kribi pour y mener sa vie. Il lui faut le grand océan et s’il n’a pour l’instant pas de bateau de pêche, il en cherche un !

JPEG
C’est lors de la construction du port de Saint Gilles Croix de Vie que sa vie a basculé. Ils avaient besoin de plongeurs sous mariniers et c’est ainsi qu’Alain a appris le métier qu’il a pratiqué sur de nombreuses plateformes pétrolières pendant 22 ans, dans plusieurs régions du monde avant de devenir directeur de travaux sous-marins.

A 42 ans, Alain apprend un nouveau métier. Il fait sa reconversion accompagné par l’AFPA et devient conducteur de travaux. A 52 ans, après avoir travaillé sur des chantiers en région parisienne, il créé sa propre entreprise de travaux. Il fait aussi la connaissance d’une comptable qu’il intègre dans son entreprise : elle est Camerounaise ! Et cela fait maintenant près de 20 ans qu’ils vivent ensemble.

Vie au Cameroun

En 2007, il effectue deux voyages au Cameroun avec sa compagne, et très vite, ils décident qu’ils veulent s’installer à Kribi. Ils achètent un terrain et y démarrent la construction de leur maison. En décembre 2012, Alain arrête l’activité de son entreprise et vient passer Noël à Kribi… Ils y sont toujours depuis.

Thérèse, l’épouse d’Alain, y ouvre un magasin de fleurs tandis qu’Alain poursuit l’aménagement de leur maison. Il y fait presque tout du sol au plafond avec son beau-frère, et la maison sera bientôt achevée. Alain a choisi un mode de fonctionnement simple. Il travaille le matin et retrouve ensuite une vie amicale et familiale. Il peut enfin s’adonner à deux de ses passions : la lecture (livres de sciences fiction) et la collection de timbres (spécialement des timbres d’Afrique).

JPEG
Regard sur les échanges franco-camerounais

Alain aime la vie et les rencontres humaines. Pour lui, il est important de se lever tôt et de se coucher également de bonne heure. Il organise sa propre vie surtout autour son quotidien avec son épouse et se considère comme un homme heureux, ayant trouvé un petit coin de paradis sur terre. A Kribi, il a sa moto (il avait toujours été un motard) et cherche son bateau pour aller pêcher.

Alain aime les gens et sa vie avec les Camerounais. L’école de plongée sous-marine lui a appris la « maîtrise de soi » en toute circonstance, et il considère que cette qualité est également importante pour se faire respecter et avoir des relations équilibrées.

Conseils d’expatriation

Alain considère que le choix de venir vivre au Cameroun doit être un choix familial et non un choix individuel. Il n’imagine d’ailleurs pas une personne étrangère venir s’établir seule au Cameroun.

Son conseil avant l’expatriation ? De vérifier d’abord sa bonne santé, puis, tout aussi important, être bien dans sa peau et dans sa tête. Le Cameroun ne doit pas être un pays où l’on vient résoudre ses problèmes, estime-t-il.

Dernière modification : 29/03/2017

Haut de page