Portrait de Christelle TAPOUH : Chargée de mission "pôle santé" à l’Agence Française de Développement

JPEG

Quel est votre parcours ? Qu’est-ce qui vous a amené à travailler pour l’Agence Française de Développement ?

Je suis arrivée dans le secteur de l’aide au développement au Cameroun un peu par hasard après ma licence d’économie publique. Après mes premières années des ONG internationales (COOPI et Plan) j’ai rejoint l’USAID (United States Agency for International Development) où j’ai eu mes premiers contacts avec les programmes de Santé Publique qui m’ont d’ailleurs amené à suivre et obtenir un Master 2 en Santé Publique (Université d’Aix-Marseille). S’en est suivi un passage de deux ans à la Banque Mondiale aux termes desquelles j’ai rejoint l’Agence Française de Développement (AFD) en mai 2019 en tant que chargée de mission Santé et Protection Sociale. Rejoindre l’AFD était d’abord pour moi l’opportunité de pouvoir mieux m’exprimer sur le plan professionnel dans une spécialité que j’aime par-dessus tout, avec en prime, l’opportunité de travailler sur de grands programmes de transformation des politiques publiques.

Quelles sont les priorités liées au développement du secteur de la santé au Cameroun ?

Le système de santé camerounais aujourd’hui fait face à de nombreux défis tels que l’amélioration de la qualité et de l’accès aux soins par les populations, le renforcement de la chaine d’approvisionnement en santé, ou même encore l’amélioration de la gouvernance du système de façon générale. Cette liste est bien entendu loin d’être exhaustive.

Dans un pays comme le Cameroun ou le financement des soins de santé pèse encore largement sur les ménages, la question du financement de la santé reste une problématique centrale à laquelle la mise en place d’un système de Couverture Sanitaire Universelle (CSU) entend apporter des solutions durables. L’AFD accompagne le gouvernement camerounais dans le chantier de la CSU en mobilisant les instruments qui lui sont propres.

Le projet phare sur lequel je travaille, le "Chèque Santé", est un mécanisme financé par l’AFD et le KFW allemand au profit des femmes enceintes dans l’Extrême-Nord, le Nord et l’Adamaoua. Ce chèque santé permet, pour la somme de 6000 FCFA, d’avoir accès à tous les soins pré-nataux, y compris pendant l’accouchement. Nous comptons à ce jour 242 000 bénéficiaires de ce projet.

Quel a été le rôle de l’AFD pendant la crise Covid-19 au Cameroun ? Votre rôle en particulier ?

Dès les premières heures de l’épidémie au Cameroun, l’AFD s’est mobilisée pour apporter un appui rapide au plan de riposte contre la pandémie. Des appuis multiformes ont été mobilisés allant sur des sujets aussi variés que :

Le renforcement des capacités de diagnostic dont ont bénéficié 17 laboratoires à travers le pays sous la supervision du Centre Pasteur du Cameroun (en cofinancement avec la KFW), l’appui aux activités de prévention, de détection (recherche active des cas, suivi des contacts) et de prise en charge dans 13 districts de santé (régions du Centre, littoral et de l’ouest), et l’acquisition et la distribution d’équipements médicaux (des extracteurs d’oxygène, des respirateurs de réanimations, des défibrillateurs, des lits d’hospitalisation et de réanimation, de l’équipement de protection pour les soignants) à tous les centres de prise en charges régionaux et de districts.

Au total, depuis le mois d’avril 2020, ce sont environ 10 millions d’euros qui auront été investis par l’AFD en appui à la riposte COVID au Cameroun. Mon rôle en tant que Chargée de mission aura été d’abord d’appuyer l’identification des besoins et la définition modalités de mise en œuvre les plus efficaces pour atteindre les objectifs fixés. Après la signature des conventions de financement, mon rôle est désormais d’assurer le suivi de l’exécution des projets en étroite collaboration avec la Ministère de la Santé Publique qui est le bénéficiaire principal et Maitre d’ouvrage de ce projet.

Quelles sont les avancées un an après l’octroi d’aide d’urgence de 10M d’euros par l’AFD ?

Un an plus tard, le gros des activités notamment celles concernant la prévention et la détection des cas ont toutes été mises en œuvre et clôturées. Toutefois l’appui en termes d’équipements médicaux continue et devrait s’achever à la fin de cette année

Dernière modification : 11/06/2021

Haut de page