Mise à niveau des entreprises : l’AFD organise une rencontre entre acteurs bancaires et entrepreneurs

Moderniser le tissu industriel camerounais passe par la mise à niveau de ses entreprises. C’est bien là, une des préoccupations de l’AFD, qui pousse les entreprises et les banques à renforcer leurs partenariats.

S’industrialiser pour se développer

Devenir un « Nouveau Pays Industrialisé », telle est l’ambition du Cameroun dans le cadre de sa Vision 2035. Malgré les bonnes performances économiques des dernières années, la croissance camerounaise reste essentiellement tirée par l’investissement public et la mise en œuvre des grands projets. A l’heure où l’Etat camerounais fait face à une crise budgétaire, le secteur privé doit progressivement prendre le relai et devenir le principal moteur de la croissance.

Cependant, les acteurs économiques – principalement composés de très petites entreprises et de groupements de producteurs - souffrent d’importantes faiblesses : outil de production vieillissant, qualité de la production insuffisante, compétences limitées, faible accès au financement et aux marchés. Pour faire face à ce contexte, les autorités ont mis en place des outils de politiques publiques adaptés aux besoins de chaque acteur. Avec l’appui des partenaires techniques et financiers, au premier rang desquels l’AFD, il s’agit de favoriser une profonde transformation du tissu productif pour faire face à la conjoncture internationale, tirer profit de l’Accord de Partenariat Economique (APE) conclu entre le Cameroun et l’Union Européenne et satisfaire une demande nationale en produits manufacturés sans cesse croissante.

JPEG

La mise à niveau des entreprises : une nouvelle opportunité de moderniser le tissu industriel

La mise à niveau, opérationnelle au Cameroun grâce à l’appui de l’Union Européenne depuis 2012, est un processus continu qui vise à préparer et à adapter l’entreprise et son environnement aux exigences du libre-échange. Cette approche a émergé à la fin des années 80 au Portugal dans le cadre des mesures mises en place pour accompagner son intégration au sein de l’UE. Elle a ensuite été reproduite, suivant différentes variantes, en Amérique Latine, en Asie et en Afrique.

Plusieurs évaluations, dont celle conduite par l’AFD au Sénégal, ont permis de confirmer la pertinence de cette méthodologie d’accompagnement des entreprises. Au Cameroun, malgré le déploiement du Bureau de Mise à Niveau ainsi que d’autres dispositifs d’appui aux PME, les effets escomptés tardent à se concrétiser et les effets induits restent limités. Le faible accès au financement constitue, selon la large majorité des entreprises, le principal frein à leur développement.

Améliorer l’efficacité de la mise à niveau par un partenariat renforcé avec le système bancaire ?

Pour stimuler les échanges entre les principales parties prenantes (décideurs publics, acteurs bancaires, entreprises) et faire émerger des pistes de réflexion, l’agence AFD de Yaoundé a organisé le 27 juin dernier une conférence-débat sur la mise à niveau. Mise sur pied en collaboration avec l’association des anciens diplômés camerounais du CEFEB (université d’entreprise de l’AFD), la rencontre a permis à une soixantaine de participants de débattre autour de la mise en place d’un label « Bureau de Mise à Niveau », gage de qualité pour les banques, et de penser à la façon de concilier l’intérêt général de l’Etat et l’approche des banques commerciales.

Voilà autant de pistes à approfondir dans la perspective d’un nouvel appui budgétaire de l’AFD en faveur du Bureau de Mise à Niveau sur la période 2017-2019. Ce nouvel appui viendra compléter la gamme d’interventions que l’AFD met déjà en œuvre en faveur du secteur privé camerounais (garanties ARIZ, lignes de crédit SUNREF, réforme de la formation professionnelle, appuis aux PME agro-alimentaires etc.).

Dernière modification : 27/07/2017

Haut de page