Lutte contre le VIH : Montpellier et Yaoundé unissent leurs forces

Une formation aux Bonnes Pratiques Cliniques a été organisée au site ANRS1 Cameroun du 6 au 10 juin en vue du démarrage de l’essai clinique ANRS 12313 NAMSAL, piloté par Pr E. Delaporte (TransVIHMI – UMI 233) et Dr C. Kouanfack (Hôpital Central de Yaoundé). NAMSAL est un essai clinique randomisé visant à comparer l’efficacité et la tolérance de deux nouveaux schémas thérapeutiques pour la prise en charge initiale des personnes vivant avec le VIH-1. Ces deux combinaisons sont proposées comme des schémas optionnels de première ligne dans les recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé. L’objectif est d’évaluer si l’une de ces options pourrait être recommandée en option privilégiée. L’essai NAMSAL sera conduit au Cameroun dans 3 structures sanitaires de Yaoundé (Hôpital Central, Hôpital Militaire, Hôpital de la Cité Verte). La coordination méthodologique est assurée par le Centre de Méthodologie et de Gestion de l’UMI 233 – TransVIHMI à Montpellier et à Yaoundé, avec l’appui du site ANRS du Cameroun pour la mise en place sur le terrain. Six cent patients seront inclus dans cette étude et suivis pendant au moins 48 semaines.

JPEG

La formation était organisée en 2 modules. Un premier module était dédié à la présentation des Bonnes Pratiques Cliniques (BPC) ou « comment rendre concrets et opérationnels les principes et recommandations des Bonnes Pratiques Cliniques ». Un second module concernant spécifiquement la mise en place du projet NAMSAL. Différents experts dans le domaine des BPC nous ont fait l’honneur d’intervenir au cours de la formation. Le Pr Okomo, secrétaire permanente du Comité d’Ethique du Cameroun, a présenté le rôle du Comité d’Ethique dans le contexte des BPC, le Dr Aghokeng, virologue, chercheur au sein de l’UMI 233 – TransVIHMI a partagé son expérience concernant les Bonnes Pratiques de Laboratoire, Le Dr de la Volpilière, pharmacien inspecteur du Ministère des Affaires Etrangères a fait le point sur la gestion des médicaments dans les essais thérapeutiques et Monsieur Talon Yomgne, membre du Groupe de travail inter-associatif sur la recherche biomédicale au Cameroun (GTIA) a su convaincre les participants de l’importance et de la nécessité de consentement éclairé dans la recherche.

Cette formation a réuni plus d’une vingtaine de participants (Chef de projet, médecins, infirmiers, techniciens d’étude clinique, agents de saisie, assistantes de pharmacie, enquêteurs, médiateurs) qui pour la plupart seront impliqués dans le projet NAMSAL.

Ces formations sont indispensables car certains métiers de la recherche sont encore peu développés dans les pays du Sud ; or il est fondamental d’avoir du personnel formé à la recherche clinique pour le bon déroulement d’un essai.

 

 

1 Agence Nationale de Recherche sur le VIH et les Hépatites

Dernière modification : 05/07/2016

Haut de page