Les projets d’infrastructures à haute intensité de main d’œuvre (HIMO) s’étendent à tout l’Extrême-Nord du Cameroun

Le Programme National de Développement Participatif, financé par l’AFD et mis en œuvre par le MINEPAT, entre dans sa troisième phase avec la signature d’une convention AFD-MINEPAT dotant le programme d’une nouvelle subvention de 9,6 milliards de FCFA (14,7 Millions €). Grâce à ce financement de l’AFD, la création de nouvelles infrastructures avec le recours à la main d’œuvre locale s’étendra à tout l’Extrême-Nord du Cameroun. La nouvelle phase du PNDP permettra le recrutement et l’insertion professionnelle de 6000 jeunes.

Une convention de financement du projet d’appui au développement économique et social des territoires ruraux vulnérables de la Région de l’Extrême Nord, à travers l’approche Haute Intensité de Main d’œuvre, a été signée le 15 Mai 2020 entre la République du Cameroun, représentée par M. Alamine OUSMANE MEY, Ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du Territoire, l’Ambassadeur de France au Cameroun, M. Christophe GUILHOU, et l’Agence Française de Développement (AFD), représentée par son directeur Cameroun M. Benoit LEBEURRE.

L’octroi de la subvention de 9,6 Milliards de FCFA (14,7 Millions €), s’inscrit dans la troisième phase du Programme national de développement participatif, financé par l’Agence française de Développement (AFD).

Par le passé, deux projets similaires de l’AFD ont déjà permis de soutenir les activités à haute intensité de main d’œuvre au Cameroun :
-  un premier projet pilote de 3,3 Mds de FCFA (5M€) en 2015, sur les fonds du 2ème Contrat de Désendettement et de Développement (C2D) ;
-  un deuxième projet de 6,6 Mds de F CFA (10 M €) du Fonds Fiduciaire d’Urgence (FFU) de l’Union européenne, délégué à l’AFD et mis en œuvre par le PNDP en 2016.

Ces deux premiers financements ont permis de réaliser des microprojets d’infrastructures, tout en assurant un accompagnement à l’insertion socio-professionnelle des jeunes bénéficiaires. Au total, 31 communes de l’Extrême-Nord ont été appuyées dans les secteurs de l’eau, des transports et du secteur agropastoral. Au total, plus de 4 500 jeunes, dont 1 350 femmes, ont été recrutés sur les chantiers HIMO. Plus de 400 millions FCFA ont été épargnés par les ouvriers, en partenariat avec un établissement de microfinance, leur permettant de constituer un capital pour le démarrage d’activités génératrices de revenus. Au moins 100 km d’infrastructures routières ont été réalisées et 15.000 m3 aménagés pour optimiser le stockage d’eau agropastorale.

La troisième phase du Programme national de développement participatif, qui s’ouvre à présent, va permettre d’étendre l’approche HIMO à l’ensemble de la région de l’Extrême-Nord. Elle permettra la réalisation des activités suivantes en faveur des jeunes âgés entre 18 et 35 ans :
-  30 projets d’investissement communaux selon l’approche HIMO, avec l’objectif d’améliorer les infrastructures de transport et d’approvisionnement en eau pour les communes concernées ;
-  le recrutement, la formation et l’insertion professionnelle de 6000 jeunes ;
-  le renforcement des capacités des bénéficiaires (entreprises, collectivités locales, services déconcentrés) sur l’approche HIMO.

Ces interventions s’inscrivent dans la continuité des nouvelles orientations stratégiques du gouvernement camerounais, définies dans le document de stratégie pour la croissance et l’emploi (Horizon 2020 – 2030) et le programme d’aménagement du territoire (PRODAT).

Dernière modification : 01/06/2020

Haut de page