Les maires de l’Extrême-Nord mobilisés pour renforcer la résilience de leurs collectivités

Le service de coopération de l’Ambassade de France et le Ministère de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation ont organisé conjointement un atelier d’échange et de mobilisation pour la résilience des collectivités locales de l’Extrême-Nord, les 26 et 27 janvier derniers, à Yaoundé.

Mis en place par le service de coopération de l’Ambassade de France au Cameroun en partenariat avec le Ministère de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation (MINATD) et en collaboration avec CARE international, Cités Unies France, le PNDP, le CVUC, l’AFD, le CIRAD et la DUE, l’atelier d’échange et de mobilisation pour la résilience des collectivités locales de l’Extrême-Nord du Cameroun a rassemblé l’ensemble des maires de la région.

JPEG
Les maires étaient invités à échanger sur la situation sécuritaire, économique et sociale de leur localité. Moment d’échange et de partage d’expérience, l’atelier visait à évaluer les besoins des collectivités de l’Extrême-Nord, durement fragilisées par les contraintes climatiques et sécuritaires. A terme, le but est de développer la solidarité entre les collectivités camerounaises et les collectivités françaises et/ou européennes.

Quels objectifs ?

- Échanger sur les conditions de mise en œuvre des actions de développement destinés à assurer la résilience des collectivités camerounaises
- Partager les retours d’expérience du terrain.
- Connaître et évaluer les besoins des collectivités en vue de développer les solidarités internes entre collectivités et lancer des pistes pour une coopération décentralisée avec l’Extrême-Nord.

D’ailleurs, l’atelier fait suite à la tenue des assises franco-camerounaises de la coopération décentralisée qui avaient regroupé en janvier 2016 : maires camerounais, élus et responsables associatifs français ; et mis en évidence le déficit de coopération entre les collectivités françaises et camerounaises, surtout dans la région de l’Extrême-Nord.

JPEG
Tout en rappelant la résilience remarquable dont fait déjà preuve toute la région, l’ambassadeur Gilles Thibault a affirmé : « La résilience des collectivités locales de l’Extrême-Nord du Cameroun doit être considérée, sur le long terme, comme un enjeu prioritaire pour nos actions de coopération et de développement. La France est consciente de tous ces enjeux. Elle est au demeurant déjà très présente à travers les différents programmes financés dans le cadre du C2D ».

Rétablir la confiance des populations

« Malgré des moyens particulièrement faibles et l’accumulation des contraintes, les collectivités territoriales constituent un élément indispensable à la restauration de la confiance des populations et à la stabilisation de la situation de cette région », a –t-il poursuivi.

Parmi les thématiques abordées lors de l’atelier, celles des droits fondamentaux et du maintien des services de l’État et de la résilience économique, notamment face aux enjeux climatiques et écologiques ; ainsi que de la relance de l’activité économique pour la première journée d’atelier.

La seconde journée de travaux a permis d’aborder la question de la construction des terroirs en situation de crise et post crise et celle de la cohésion sociale et de lancer des pistes pour une future coopération décentralisée. Les maires ont notamment pu bénéficier du retour d’expérience du vice-président de la région de Mopti au Mali et du maire de Boda en Centrafrique, qui ont exposé leur propre expérience de la résilience, de leurs populations et des conditions du retour à la paix civile.

JPEG
La clôture de l’atelier s’est déroulée en présence du Ministre de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation, René Emmanuel Sadi et de l’Ambassadeur de France, Gilles Thibault.

Notre album Facebook : ici

Dernière modification : 01/03/2017

Haut de page