Lancement du forum des métiers au CASIP d’Abang

L’ambassadeur de France a participé le 4 mai au lancement du Forum des Métiers 2017 du Centre d’Appui Social à l’Insertion Professionnelle (CASIP) avec l’association Appui Pour l’Auto-emploi des Jeunes (APAJ).

L’Ambassadeur de France a participé le jeudi 4 mai au lancement du Forum des Métiers 2017 du Centre d’Appui Social à l’Insertion Professionnelle (CASIP) avec l’association APAJ (association pour l’Appui Pour l’Auto-emploi des Jeunes).

A cette occasion, les apprenants ont pu lui faire visiter les stands du forum et les ateliers du centre, construit notamment grâce à une subvention du PRODESO (Programme franco-camerounais de développement solidaire) à hauteur de 93 000 euros, et inauguré en janvier 2015 par Christine Robichon.

JPEG
Le CASIP a été créé en 2003 par l’association APAJ, afin de permettre à des jeunes défavorisés du quartier NSAM de recevoir une formation pratique sur des filières de type esthétisme, couture, informatique, etc. leur permettant de créer leur propre activité.

Face à la réussite de ce dispositif et compte tenu d’une forte demande en emplois qualifiés sur certaines filières pour lesquelles les professionnels ne parviennent pas à trouver les compétences adéquates, le CASIP a décidé de diversifier son offre de formation et de proposer un cursus d’un niveau supérieur qui prépare les jeunes à se positionner sur des emplois salariés.

JPEG
Orienté dans un premier temps autour des filières électricité (bâtiment et industriel) et maintenance industriel, le centre entend préparer les jeunes à l’exercice du métier d’ouvrier qualifié ou de technicien. A terme, le centre ambitionne de développer des formations de niveaux supérieurs de type brevet professionnel (B.P) et brevet de technicien (B.T), d’une part et, d’autre part, à diversifier sa formation sur d’autres secteurs pour lesquels il existe également une demande d’emplois qualifiés non couverte.

JPEG
L’offre pédagogique consistera à donner aux jeunes une formation solide dans les filières concernées, mais aussi à les préparer à entrer dans la vie active en leur permettant d’acquérir les connaissances, les aptitudes et les pratiques nécessaires à la maîtrise et à l’exercice d’un métier déterminé.

L’enseignement s’articule autour de modules d’enseignement général, technologique et professionnel alliant théorie et pratique avec des ateliers d’apprentissage et de production qui permettent aux étudiants de s’exercer sur des travaux réels, d’acquérir une autonomie et le sens de la responsabilité.

JPEG
Il a bénéficié de plusieurs financements français dès 2002 pour le premier centre de Nsam, puis en 2014 pour la construction du nouveau centre d’Abang, et enfin en 2016 avec un appui du député Jean-Yves LECONTE, via la réserve parlementaire.

Dernière modification : 30/05/2017

Haut de page