Lancement d’une collaboration entre l’Office des étrangers de Belgique et l’Institut français du Cameroun

La Direction générale de l’Office des étrangers du service public fédéral intérieur du Royaume de Belgique et l’Institut Français du Cameroun ont conclu le 31 janvier 2018, un accord pour renforcer les mesures anti-fraude et offrir un accompagnement personnalisé aux étudiants camerounais souhaitant poursuivre des études en Belgique.

JPEG

Yaoundé, le 14 mars 2018

En Belgique, le Cameroun occupe la première place du classement des nationalités introduisant le plus grand nombre de demandes de visa pour études. De par le monde, une demande de visa pour études en Belgique sur 5 est introduite par un ressortissant camerounais.

La Belgique encourage l’arrivée d’étudiants étrangers sur son territoire. Ces échanges permettent à une partie de la jeunesse camerounaise de suivre des spécialisations n’existant pas dans leur pays et contribuent à la vitalité des relations belgo-camerounaises.

Les autorités belges tiennent néanmoins à éviter que ne se développent des filières d’immigration irrégulière. L’accès et le séjour sur le territoire belge sont conditionnés au respect des procédures légales, de la transparence et de la sincérité. Les autorités belges sont particulièrement attentives à ce que de faux documents ne soient produits à l’appui des demandes de visa d’études.

La Belgique a pris ces dernières années un ensemble de mesures, avec le concours des autorités camerounaises, pour lutter contre ce type d’abus et toute forme d’immigration irrégulière.

C’est ainsi que le 1er février 2017, un important Protocole de coopération en matière de migrations a été signé entre la Belgique et le Cameroun. Ce protocole prévoit entre autre des mesures de lutte contre l’immigration irrégulière et l’utilisation de visas obtenus frauduleusement.

Un Protocole d’accord entre la Belgique et l’Institut français du Cameroun

Le Protocole d’accord conclu le 31 janvier 2018 entre la Direction générale de l’Office des étrangers du service public fédéral intérieur du Royaume de Belgique et l’Institut français du Cameroun permet à la fois de renforcer ces mesures anti-fraude et d’offrir un accompagnement plus personnalisé aux étudiants désireux de poursuivre leur parcours en Belgique dans un cadre légal.

Il prévoit en effet que tout étudiant résidant au Cameroun qui souhaite suivre des études supérieures en Belgique devra prendre rendez-vous pour un entretien à l’Institut français avant d’introduire sa demande de visa à l’Ambassade de Belgique à Yaoundé.

Cet entretien permettra aux étudiants de vérifier l’adéquation de leurs projets de formation aux attentes des universités et hautes écoles belges. L’Office des étrangers dispensera à cette fin une formation à l’Institut français sur l’organisation de l’enseignement supérieur en Belgique.

Lors de l’entretien, l’Institut français vérifiera par ailleurs l’authenticité des documents relatifs aux études déjà réalisées par l’étudiant au Cameroun.

Entrée en vigueur du Protocole le 1er avril 2018

L’Office des étrangers organisera une campagne d’information sur les possibilités d’études en Belgique à l’attention des étudiants camerounais dans le cours du premier trimestre 2018. Une deuxième campagne destinée plus spécifiquement à mettre en garde contre les risques posés par l’immigration irrégulière sera menée d’ici la fin de l’année.

Les dangers de l’immigration irrégulière sont multiples. Les Camerounais en situation irrégulière en Belgique ne bénéficient d’aucune aide financière ni matérielle et vivent généralement dans une grande précarité économique et sociale. En cas d’interception, ils risquent de faire l’objet d’une mesure d’éloignement et d’une interdiction d’entrée pouvant aller jusqu’à 8 ans.

Dernière modification : 25/04/2018

Haut de page