La région du lac Tchad à l’épreuve de Boko Haram

Une restitution des travaux de recherche sur l’impact du phénomène de Boko Haram dans les pays du pourtour du lac Tchad (Cameroun, Niger, Nigeria, Tchad) a été organisée le 28 mai à Yaoundé.

L’atelier de restitution s’est tenu au bureau régional Afrique centrale de l’Agence française de développement (AFD), en présence des autorités camerounaises, des institutions de la recherche et des partenaires de développement.

Il a été assuré par Marc-Antoine Perouse de Montclos (directeur de recherche à l’IRD et co-coordonnateur de l’étude), Charline Rangé (UMR PRODIG), en compagnie des collaborateurs camerounais : Ahmat Hessana (Université de Ngaoundéré), Sylvain Aoudou Doua et Félix Watang Zieba (Université de Maroua).

JPEGFinancée par l’AFD et conduite par l’Institut de recherche et de développement (IRD), cette étude est la première à aborder la crise Boko Haram à partir d’une perspective transcendant les frontières politiques et linguistiques entre le Nigeria anglophone et les trois pays francophones riverains du lac Tchad.

Réalisée par une équipe pluridisciplinaire d’une quinzaine de chercheurs français, britannique, camerounais, nigériens, nigérians et tchadiens, elle considère la région du lac Tchad comme un système. Ses composantes et leurs interactions environnementales, économiques et politiques sont appréhendées depuis une perspective diachronique avant, pendant et après le pic de violence. L’analyse débouche sur une réflexion prospective à 20 ans.

JPEGLa crise a ébranlé le système de relations qui faisait la résilience de la région du lac Tchad. A partir de ce constat, l’étude de référence vise à éclairer les choix cruciaux qui définiront sa trajectoire de développement à venir.

Consultez le rapport de l’étude : Crise et développement - La région du lac Tchad à l’épreuve de Boko Haram.

Dernière modification : 01/06/2018

Haut de page