La France dans la lutte contre le sida au Cameroun

Le 1er décembre 2019, journée mondiale de lutte contre le VIH/sida, l’ambassadeur a visité l’association MotoAction, financée par l’Initiative 5 %, qui mène des activités de sensibilisation et d’accompagnement de personnes vivant avec le VIH. L’occasion de revenir sur l’action de la France en matière de lutte contre le sida au Cameroun.

JPEG

Au Cameroun, le sida tue encore 18 000 personnes par an et on compte chaque année 23 000 nouvelles infections. Depuis 11 ans, l’association Moto Action propose des actions de sensibilisation et de prévention du Sida auprès des groupes les plus vulnérables, notamment les conducteurs de moto-taxis. Elle accompagne également les personnes qui apprennent à vivre avec le VIH. Le 1er décembre 2019, à l’occasion de la journée mondiale de lutte contre le Sida, l’ambassadeur de France au Cameroun, Christophe Guilhou, a visité cette association qui fait partie des dix projets soutenus au Cameroun par l’Initiative 5 %.

L’Initiative 5 % est la contribution indirecte de la France au Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme. Depuis 2011, il s’agit d’un acteur clé de la lutte contre ces pandémies à travers le monde. Mise en œuvre par Expertise France, elle vise à améliorer l’efficacité des actions menées grâces aux subventions du Fonds mondial, principalement dans les pays francophones, dont le Cameroun. La France est membre fondateur et deuxième contributeur au Fonds mondial. Emmanuel Macron, lors de la sixième Conférence de reconstitution des ressources du Fonds à Lyon en octobre dernier, a annoncé porter cette contribution à près 1,3 milliards d’euros sur trois ans.

Au Cameroun, la France participe à la lutte contre le VIH/sida à hauteur de 13,65 millions d’euros à travers le Fonds mondial. Les actions menées par Expertise France visent principalement à renforcer les capacités des acteurs communautaires et organisations de la société civile, telles que la Cameroonian Foundation for Aids. Expertise France apporte également un appui en équipement afin d’améliorer l’accès au test de mesure de la charge virale VIH. Les Centres Pasteur de Garoua et de Yaoundé, ainsi que l’hôpital Laquintinie de Douala, l’hôpital Central de Yaoundé et l’hôpital régional de Bertoua en sont bénéficiaires.

Dernière modification : 04/02/2020

Haut de page