L’Ambassadeur de France en visite à Mora et Maroua avec l’Unicef

À l’invitation du Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (Unicef), l’Ambassadeur de France, Gilles Thibault, s’est rendu à l’Extrême-Nord les 17 et 18 juillet derniers. Il y a visité le projet mis en œuvre par l’Unicef à Maroua et Mora en réponse à la crise nutritionnelle, qui touche particulièrement les enfants de moins de cinq ans.

JPEG

La prévalence de la malnutrition aigüe demeure élevée dans l’Extrême-Nord, région la plus touchée par les conséquences du conflit avec Boko Haram. En réponse à la crise nutritionnelle, l’Unicef y déploie un large programme pour prévenir et prendre en charge la malnutrition chez les enfants de moins de cinq ans. Les stratégies mises en œuvre permettent de renforcer les capacités des partenaires en matière de dépistage et de prise en charge de la malnutrition aigüe sévère et d’atteindre les populations vulnérables afin de leur garantir une couverture minimale sans interruption de l’aide.

L’ambassadeur a pu observer sur place les activités menées par les équipes d’Unicef du projet financé à hauteur de 328 millions de Fcfa (500 000 euros) par la France, via le Comité Interministériel d’Aide Alimentaire français. A Mora, il s’est rendu au centre de santé de la ville qui offre des services de prise en charge en ambulatoire de la malnutrition aiguë sévère sans complications médicales (CNAS) et au centre nutritionnel thérapeutique interne (CNTI) situé à l’hôpital de district. A Maroua, il s’est rendu au magasin de la Direction Régionale de la Santé Publique, réhabilité par l’Unicef pour stocker les intrants et médicaments du programme nutritionnel avant de visiter l’hôpital régional.

JPEG

Au total, 75% de l’aide humanitaire apportée par la France au Cameroun est dédiée à l’assistance alimentaire. En 2017, l’aide globale s’élève à plus de 1,8 milliards de Fcfa (2.8 millions d’euros), sans compter la contribution régionale aux actions du HCR de 1,6 milliards de Fcfa (2,3 millions d’euros).

Coopération sanitaire en situation de crise

Outre l’aide humanitaire, les hôpitaux de la région bénéficient d’une coopération en matière de santé, notamment à travers le Fonds Mondial de lutte contre le VIH/SIDA, le paludisme et la tuberculose, et l’Alliance GAVI (Global Alliance for Vaccination and Immunization) qui finance la mise en œuvre du Programme Elargi de Vaccination. A Mora, l’hôpital bénéficie de l’appui du Fonds Mondial pour la prévention et la prise en charge des 3 maladies, et une maternité est en cours de construction dans le cadre du Contrat de Désendettement et de Développement (C2D) santé.

La France, un des premiers partenaires du secteur santé au Cameroun a alloué au Cameroun une subvention de 189 milliards de Fcfa (288 millions d’euros) pour la période 2015/2017 via le Fonds Mondial. Cette même allocation pour la période 2018/2021 s’élève à 189 milliards de Fcfa (164 millions d’euros). Par ailleurs, avec l’Alliance GAVI, 120 milliards de Fcfa (184 millions d’euros) ont été versés depuis 2001 pour le financement à 80 % du Programme Elargi de Vaccination du Ministère de la Santé Publique.

Dernière modification : 31/07/2017

Haut de page