L’Ambassadeur visite des projets de réinsertion de la diaspora

Mercredi 3 juillet 2019, l’Ambassadeur de France a visité les projets de deux entrepreneuses camerounaises de retour au pays après un séjour en France. Elles sont accompagnées et financées par l’Office française de l’immigration et de l’intégration.

JPEG

Au Cameroun, l’Office français de l’immigration et de l’intégration (OFII) offre une aide au retour et à la réinsertion de jeunes Camerounais après un séjour en France. Trois types d’accompagnement sont proposés : l’aide à la réinsertion sociale, l’aide à la réinsertion par l’emploi et l’aide à la réinsertion par la création d’entreprise. C’est dans ce cadre que les projets de dix entrepreneurs et entrepreneuses ont été approuvés par le comité de sélection de l’OFII en janvier dernier et sont depuis financés et accompagnés.

Parmi eux, deux entrepreneuses ont reçu, mercredi 3 juillet 2019, la visite de l’Ambassadeur de France au Cameroun, S.E.M. Gilles Thibault. Il était accompagné du directeur régional de l’OFII, Pascal Chartrez.

JPEG - 129.6 ko
Ferme avicole d’Elisabeth Ngaha Nana

La délégation s’est tout d’abord rendue dans la ferme d’élevage de poulets de chair d’Elisabeth Ngaha Nana, située dans le quartier Eleveur-Ngousso de Yaoundé. Cette jeune entrepreneuse est revenue au Cameroun en 2018 après des études supérieures en Ukraine puis en France. À son retour, elle a souhaité mettre en place une activité de production et de commercialisation de poulets de qualité. Elle a bénéficié pour cela du financement de l’OFII, ainsi que de l’appui technique du Fonds national de l’emploi (FNE). Depuis mi-juin, elle a lancé son activité avec 500 poussins. Elle a également créé un emploi : un technicien d’élevage.

JPEG
L’Ambassadeur a ensuite visité la société de production de jus naturels l’Univers du fruit, au quartier Jouvence, dans la capitale. Cette entreprise a été fondée par Simone Tchienga, revenue au Cameroun en 2015 après des études de droit en France. Elle entend promouvoir le « Made in Cameroon » et encourager le développement de la culture des fruits. C’est à ce titre qu’elle est entrée en partenariat avec Patrick Djampa, producteur d’ananas et également bénéficiaire de l’aide de l’OFII depuis 2017. Mme Tchienga contribue en outre à préserver l’environnement en privilégiant les fournisseurs qui ne répandent pas de pesticides et en utilisant des bouteilles recyclées pour le conditionnement de ses jus.

Grâce à l’aide de l’OFII, Mme Tchienga a pu acquérir du matériel tel qu’une presse manuelle ou encore un pasteurisateur. Avec la deuxième tranche de financement à venir, elle pourra bientôt se doter en outre d’une centrifugeuse. Son activité lui a permis d’employer une assistante à plein temps, ainsi qu’un ingénieur en appui ponctuel.

En savoir plus sur le comité de sélection de l’OFII

Dernière modification : 10/07/2019

Haut de page