AFD : l’Ambassadeur de l’UE visite un projet de développement local dans l’Extrême-Nord

Le Chef de la Délégation de l’Union Européenne au Cameroun a visité le 18 janvier dernier un des projets de développement économique local financé par le Fonds Fiduciaire d’Urgence et mis en œuvre par l’AFD dans la région de l’Extrême-Nord.

PNG L’ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire, chef de délégation de l’Union européenne au Cameroun, Hans Peter Schadek, a visité le 18 janvier dernier, le projet de construction d’une mare artificielle d’une capacité de 13 000 m3 et d’un forage pastoral à énergie solaire dans la localité de Gawel, commune de Ndoukoula, dans la région de l’Extrême Nord. Ce projet exécuté selon l’approche haute intensité de main d’œuvre (HIMO) par le Programme National de Développement Participatif (PNDP) sur financement du Fonds Fiduciaire d’Urgence (FFU) à hauteur de 168 606 € hors taxe, ambitionne de créer 200 emplois dans la zone du projet et d’augmenter l’offre en eau de consommation humaine et animale à plus de 7000 habitants et plus de 10.000 cheptels.

Un constat préoccupant

Avant le projet et selon l’étude de sa faisabilité, Gawel, un des quatre cantons de la commune de Ndoukoula, ne disposait pas de point d’eau pastoral. Les éleveurs devaient faire plus de cinq kilomètres pour chercher de l’eau. Cette situation a impliqué des coûts élevés pour les produits de l’élevage en raison de la transhumance, la prolifération de maladies hydriques et l’émergence de conflits d’usage hommes/animaux, particulièrement pendant les longues périodes de saisons sèches (huit mois) où les points d’eau construits pour la consommation humaine sont également utilisés pour l’abreuvement du bétail.

PNG

L’apport du Fonds Fiduciaire d’Urgence de l’Union Européenne

C’est dans ce contexte, qu’un montant de 10M€ du FFU délégué par l’UE à l’Agence Française de Développement (AFD) s’est donné pour objectif d’employer 3 500 jeunes de 18 à 35 ans sur des projets d’infrastructures routières et hydrauliques dans 20 communes de l’Extrême-Nord. D’une autre part, le projet ambitionne d’insérer professionnellement 2 500 d’entre eux dans la filière de leur choix. A terme, c’est environ 93 kilomètres de route qui seront réhabilités et 60 160 m3 d’eau stockés grâce à la construction de mares artificielles à usage pastoral. Le projet de Gawel, un de ces 20 projets exécuté par le PNDP, illustre la contribution européenne à l’effort gouvernemental de pacification et de redressement économique, avec pour priorité, le développement économique local et l’emploi des jeunes qui sont les premières cibles de la secte Boko Haram.

Les différentes réalisations

La visite de chantier par l’Ambassadeur a permis de constater les principales avancées telles que : le creusage en cours d’un bassin de rétention d’eau d’une capacité de 9 727 m3 et d’un bassin de sédimentation de 234 m3 ; la construction et l’aménagement d’un espace d’abreuvement pour gros bétails et petits ruminants ; la construction en cours d’un forage pastoral à énergie solaire ; la construction d’un château d’une capacité de 20 m3 ; le démarrage de travaux de reboisement du site ; la construction d’un bac maçonné de dépôts des ordures pendant les travaux et de dépôts des bouses pendant l’exploitation afin de former les bénéficiaires du projet sur le processus de fabrication et d’utilisation du compost ; la mobilisation sur chantiers de 111 jeunes.

PNG
Prévu pour être achevé en mars 2018, les bénéficiaires du projet hydraulique de Gawel ont remercié les différentes parties prenantes à cette opération : le financement de l’Union européenne, l’accompagnement du PNDP, et la facilitation de l’AFD qui a su capitaliser sur la première phase de l’opération HIMO financée à hauteur de 5M€ sur le contrat de désendettement et de développement (C2D) pour réaliser 11 micro-projets communaux, employant 2 500 jeunes avec un objectif d’insertion d’au moins 1 500 d’entre eux.

Au terme de la visite, l’Ambassadeur de l’Union Européenne a indiqué que l’opération HIMO FFU au Cameroun est une opération qui « marche et qui fait ses preuves ». Pour lui, à travers cette opération, le PNDP donne l’occasion d’expérimenter sur le terrain un « partenariat gagnant-gagnant entre les différentes parties prenantes ».

Dernière modification : 08/02/2018

Haut de page