L’Ambassadeur dans la région de l’Est

Pour son troisième déplacement en dehors de Yaoundé, l’ambassadeur de France au Cameroun, Christophe Guilhou, a décidé de se rendre du 18 au 20 novembre 2019 dans la région de l’Est, où il a abordé les questions d’accueil et d’intégration des réfugiés centrafricains, d’emploi des jeunes et de développement des infrastructures pour désenclaver la région. Retour sur cette découverte des enjeux de l’Est.

Après le Centre, le Sud-Ouest, le Littoral et l’Extrême-Nord, l’ambassadeur de France, Christophe Guilhou, a visité la plus vaste des dix régions du Cameroun : l’Est. Si, avec ses 109 000 km² de superficie elle est la plus étendue, elle est également l’une des plus pauvres du pays et fait face à plusieurs défis : sécuritaires, de désenclavement et de développement, ainsi que d’emploi des jeunes. C’est pour aborder ces thématiques que l’ambassadeur s’y est rendu du 18 au 20 novembre 2019.

Après avoir rencontré le gouverneur, qui lui a proposé un aperçu de la situation géographique, démographique et économique de la région, l’ambassadeur a commencé par se rendre sur le plus grand des six sites de réfugiés centrafricains de l’Est : Gado-Badzéré, près de Garoua-Boulaï, dans le nord-est de la région. Depuis 2014 et l’arrivée des premiers réfugiés centrafricains au Cameroun, ce site, géré par le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), accueille 25 000 personnes. L’ambassadeur y a visité les différentes activités d’accès à l’eau, à l’alimentation et d’autonomisation des femmes mises en œuvre par les ONG présentes, financées pour certaines par la France : Solidarités International, Première urgence internationale, The Lutheran Wordl Federation, International Medical Corps, mais aussi le Programme alimentaire mondial. Il a également pu s’entretenir avec les populations réfugiées pour recueillir leurs retours et besoins.

L’ambassadeur s’est également penché sur la thématique du développement régional. Accompagné du directeur de l’Agence française de développement (AFD) au Cameroun, Benoît Lebeurre, il a visité deux programmes de développement agricole. Le programme AFOP vise la formation et la professionnalisation des jeunes afin de faciliter leur insertion dans les métiers agropastoraux. Ainsi, l’ambassadeur a visité l’école familiale agricole de Koume-Bonis à Bertoua, la capitale régionale. Financée par l’AFD dans le cadre du Contrat de désendettement et de développement (C2D), cette école a formé plus de 140 jeunes depuis 2010. Christophe Guilhou a pu échanger avec les étudiants et jeunes exploitants déjà installés sur les bénéfices de cette formation et sur leurs besoins.

Le second programme, ACEFA, est également financé par l’AFD dans le cadre du C2D. Il a notamment pour objectif de moderniser et professionnaliser l’agriculture familiale pour améliorer les conditions de vie des exploitants. Quatre projets de jeunes entrepreneurs ont été visités autour de Bertoua : un centre de transformation de produits agricoles, un poulailler, une porcherie et un magasin de stockage et d’égrenage.

Enfin, l’ambassadeur et Benoît Lebeurre ont pu s’entretenir avec les autorités civiles, militaires et religieuses, ainsi qu’avec des représentants de la société civile, qui leur ont notamment fait part de leurs préoccupations concernant l’emploi des jeunes, l’enclavement de la région et le développement urbain.

Dernière modification : 29/11/2019

Haut de page