L’AFD mise sur les PME camerounaises

A Yaoundé, Bafoussam et Bamenda, 77 entreprises ont reçu les premiers chèques service leur permettant d’accéder à des services non financiers nécessaires à leur développement et leur structuration. Retour sur la logique innovante du programme C2D d’appui aux Petites et Moyennes Entreprises Agroalimentaires (PMEAA).

JPEG

Le rôle majeur de la PME dans le développement de l’agroalimentaire au Cameroun

Lors des cinq dernières années de croissance continue, l’agriculture a représenté 14% du PIB total. Pourtant, au vu de sa grande biodiversité de milieux naturels et de systèmes de production, le potentiel agricole camerounais devrait être mieux exploité. Pour cette raison et considérant les interventions passées et en cours de l’Agence dans le développement agricole, la valorisation et la transformation des produits agricoles et agroalimentaires a été identifiée comme prioritaire. Le développement de ces secteurs permettrait de combattre efficacement le chômage et le sous-emploi des jeunes camerounais notamment tout en créant de la richesse. Une condition est de mise : l’augmentation de la productivité.

PNGPour transformer le secteur productif camerounais, il faut miser sur les TPME. Pour preuve : les Très Petites Entreprises (TPE) et Petites Entreprises (PE) représentent 95% des entreprises formelles, soit la base du secteur productif. Ces structures souffrent de lacunes importantes : outil de production vieillissant, ressources humaines peu formées, accès difficile au financement et aux marchés et faibles services d’appui offerts par le public et le privé. En conséquence, 75% des PME meurent au bout de la 2ème année d’après les récentes statistiques nationales.

Une réussite conditionnée par un accompagnement adapté

Une cartographie des trois premiers bassins agricoles cibles a permis d’identifier les Petites et Moyennes Entreprises Agroalimentaires (PMEA) mais aussi les prestataires compétents et intéressés par le travail en zone rurale, qui ont bénéficié de formations. Pourquoi ? Les consultants, bureaux d’études et autres structures d’accompagnement sont concentrées en ville et ne connaissent pas forcément les problématiques des PMEAA.

Pour rendre encore plus accessibles ces services non financiers aux PMEA, des chèques services sont distribués. Cette subvention partielle a pour but d’inciter les PMEA à bénéficier de ces services pour répondre à leur besoin en formation et en appui-conseils dans l’optique d’améliorer leurs performances.

A partir de 2018, grâce à l’intégration du projet dans l’Agence de Promotion des PME (APME) dans le cadre du 3e C2D, toutes les dix régions du Cameroun pourront bénéficier de ce mécanisme innovant.

Dernière modification : 06/12/2017

Haut de page