Kaizen ! La France appuie le secteur privé avec le chèque service

Le Cameroun vient de lancer, avec l’appui de l’Agence Française de Développement (AFD), un nouvel outil pour appuyer les entreprises du secteur agro-alimentaire : le chèque service.

JPEG
Développer l’or vert du Cameroun avec le secteur privé

Forêts équatoriales, hauts-plateaux herbeux, plaines sahéliennes : le Cameroun jouit d’une diversité géographique unique en Afrique. Fort de cet atout, le pays est aujourd’hui le grenier de la sous-région. A lui seul, le Cameroun représente 70% des échanges agricoles à l’intérieur de la zone CEMAC et son agriculture pèse pour 40% de ses exportations non-pétrolières. Le secteur agro-alimentaire représente donc une chance pour l’économie du Cameroun de demain.

Cependant, le secteur privé peine encore à se structurer. La frilosité du secteur bancaire empêche les entrepreneurs de financer leurs investissements et l’absence de services professionnels adaptés limite leur productivité. Depuis 2015, grâce aux fonds du Contrat de Désendettement et de Développement (C2D), le Cameroun et l’AFD testent et déploient des solutions pour répondre à ces défis. Au travers du Programme d’appui aux PME agro-alimentaires (PMEAA), un nouvel outil vient d’être déployé : le chèque-service

Le chèque service : un nouvel instrument au service des entreprises

Le chèque-service est une subvention offerte à des entreprises pour leur permettre d’accéder plus facilement aux prestations de bureaux d’études, d’ONG spécialisées, de centres de formation professionnelle etc... Il est l’un des leviers permettant d’appuyer concrètement le tissu productif local.

En faisant tomber la barrière financière, le chèque incite des chefs d’entreprise – parfois peu familiers de ce genre de démarches – à faire appel à des professionnels pour les appuyer dans la montée en gamme de leurs activités. Il a ainsi un double intérêt : à la fois pédagogique (il familiarise les entrepreneurs avec ce type de produits) et économique (il contribue à stimuler une offre privée, souvent plus efficace que celle de l’État).

Kaizen ! L’exemple japonais

Huit entreprises camerounaises ont récemment pu bénéficier des premiers chèques dans le cadre d’une collaboration entre le PMEAA et le projet KAIZEN – financé par la coopération japonaise. Des experts camerounais, formés aux techniques de management nippones et encadrés par des référents japonais, se sont ainsi rendu chez leurs nouveaux clients pour mettre en place la méthode « 5S ».

JPEG
Exemple de mise en application de la méthode « 5S » dans une PME de Bafoussam

Cette méthode, créée par Toyota durant l’après-guerre, décrit comment organiser un lieu de travail de manière efficace en y associant ses salariés. Utilisé par un grand nombre d’entreprises à travers le monde, il réduit de manière fiable les pertes de matériel et les accidents tout en rendant l’environnement de travail plus agréable (parfois même en musique).

Pour ce premier test, il a été demandé une contribution réduite aux entreprises bénéficiaires. Compte tenu de la très bonne appréciation du service reçu, les entreprises souhaitent désormais un accompagnement plus poussé, notamment dans la définition d’un plan d’affaires.

Dernière modification : 09/02/2017

Haut de page