Exposition Photo "les femmes et l’eau" - Réception à la Résidence de France

RECEPTION A LA RESIDENCE DE FRANCE
EXPOSITION PHOTO « LES FEMMES ET L’EAU »
MARDI 7 AVRIL 2015, 19H

 

-  Mesdames les Ministres,
-  Mesdames, Honorables membres du Sénat et de l’Assemblée Nationale,
-  Mesdames les Maires,
-  Mesdames les Ambassadeurs,
-  Mesdames, Messieurs,

Pour des raisons personnelles, je n’étais pas à Yaoundé lors de la Journée de la Femme, le 8 mars. Sachant que la célébration de cette journée est un événement important pour les femmes de l’ambassade et pour leur association, les Mariannes, j’ai souhaité en organiser un prolongement durant les semaines suivantes.

Cela s’est fait sous forme d’un concours de photos d’amateurs sur le thème « Les Femmes et l’Eau », concours ouvert à toutes les femmes de l’équipe France de Yaoundé, Ambassade, IFC, AFD, Petit et Grand Fustel et autres organismes français représentés ici. Toutes les femmes de l’équipe France, cela signifie celles qui travaillent dans ces établissement et les épouses et filles de ceux qui y travaillent, quels que soient leur appareil photo – ça peut être un téléphone portable – et leur interprétation de ce thème.

JPEG

Ce concours s’achève par la réception d’aujourd’hui, occasion de distribuer des prix aux lauréates du concours, de présenter les photos amateurs des femmes de l’équipe France, mais aussi quelques clichés de photographes professionnels, tirés d’une exposition de l’Agence Française de Développement consacrée à 60 solutions face au changement climatique qui sera présentée dans différentes villes camerounaises au cours des prochains mois et du reportage fait par M. Nicky AINA dans les sites de réfugiés centrafricains de la région de l’Est.

Je remercie très chaleureusement Nicky AINA d’avoir accepté de nous prêter quelques-unes des photos de ce reportage qui ont été récemment exposées à l’Institut Français et d’être avec nous ce soir. Avoir fait ces photos et les montrer à un large public, c’est une façon d’exprimer notre solidarité avec les réfugiés, les communautés qui les accueillent et les acteurs humanitaire qui les aident à vivre le plus dignement possible.

Pourquoi ce thème « les Femmes et l’Eau » ? Parce qu’il est au carrefour de trois domaines dans lesquels la France est engagée, chez elle d’abord puis dans les instances internationales et sur les divers terrains de sa coopération au développement :

-  La défense des droits des femmes et de l’égalité hommes / femmes ;
-  La défense du droit d’accès à l’eau potable, reconnu comme un droit humain fondamental par l’Assemblée Générale des Nations Unies en 2010 ;
-  La préservation des ressources naturelles de la planète et la lutte contre le changement climatique, qui sera l’objet de la COP 21, la grande Conférence internationale que présidera la France en décembre prochain.

Les Femmes sont sources de vie. L’eau est source de vie. Et nous sommes le 7 avril, Journée mondiale de la Santé, ce qui donne l’occasion de rappeler que les maladies d’origine hydrique, provoquées par une eau de mauvaise qualité, restent une cause majeure de mortalité infantile et que la population du Cameroun est encore régulièrement frappée par ces maladies.

De tout temps et dans toutes les sociétés, les femmes ont toujours été chargées des corvées d’eau : aller chercher et transporter l’eau quand elle ne coule pas au robinet, la stocker, l’utiliser pour l’hygiène de la famille, la cuisine, la lessive. Plus l’accès à l’eau est difficile, plus la vie est difficile. Et davantage pour les femmes que pour les hommes !

Plusieurs raisons concourent à faire de la France un acteur majeur du secteur de l’eau dans le monde : son attachement aux droits de l’homme, l’expérience et le savoir-faire de ses gestionnaires publics et de ses entreprises, ainsi que la qualité de sa recherche scientifique.

Ici au Cameroun, la France soutient financièrement des projets du gouvernement pour élargir l’accès de la population à une eau de qualité, en milieu rural et en milieu urbain.

En zone rurale, des crédits du C2D sont dédiés à la réalisation de plus de 300 points d’eau dans le cadre du PNDP (Programme National de Développement Participatif, conduit par les Communes)

En zone urbaine, la France finance à hauteur de 90 millions d’euros (soit près de 60 milliards de fcfa) des travaux de la Camwater à Yaoundé, Edéa, Bertoua et N’Gaoundéré pour augmenter les quantités d’eau injectées dans les circuits de distribution et pour étendre et densifier ces circuits afin de faire arriver l’eau dans les habitations. Ces projets dans les 4 villes citées vont permettre le branchement au réseau d’eau de 150 000 personnes supplémentaires. Dans toutes les familles qui ont vu ou verront l’eau couler à domicile ou couler de façon plus régulière, ce sont les femmes qui en seront les premières bénéficiaires.

Avant de donner la parole à Léopold STEFANINI, qui va vous inviter à sélectionner une photo qui recevra le Prix du Public, je tiens à remercier l’école de photographie d’Arles qui a offert un stage photo et des invitations au Festival des Rencontres d’Arles, l’AFD qui a fourni de beaux livres, l’association des Mariannes, les membres du jury (deux femmes et deux hommes : Corine ETEKI, Mai-Lam CONAN, Régis DANTAUX et Léopold STEFANINI). Je remercie aussi Florence ANABA pour son rôle dans la réception des photos des candidates, toutes les participantes au concours et vous toutes et tous qui avez accepté notre invitation.

Dernière modification : 08/04/2015

Haut de page