Enlèvement d’un français au Cameroun - Déclaration de la présidence de la République

Cameroun

Enlèvement - Déclaration du président de la République, M. François Hollande (Monaco, 14 novembre 2013)

Avec l’autorisation du Prince Albert, je vais faire une déclaration qui concerne l’enlèvement d’un prêtre au nord du Cameroun, le père Georges Vandenbeusch. Il a été enlevé, dans la nuit de mercredi à jeudi, dans une zone qui était déjà considérée, pour nous, comme éminemment dangereuse, puisque c’est là même qu’avait été capturée la famille Moulin-Fournier.

Nous mettons tout en œuvre pour que ce prêtre puisse être retrouvé et que nous puissions lui rendre la liberté. Il faisait l’exercice de son culte dans un lieu qu’il savait dangereux. Il avait été prévenu du risque. Il n’empêche, tout doit être fait et sera fait pour qu’il puisse être libéré dans les meilleurs délais.

Mais je veux également demander à tous mes compatriotes, qui vivent ou qui se déplacent dans ce que je qualifie de région maintenant considérée comme à risque élevé, de ne rien faire qui puisse mettre en danger leur vie ou qui puisse les exposer à des enlèvements.

Mais que, ici, chacun sache que nous ferons tout - comme pour les autres otages - pour libérer le père Georges Vandenbeusch. Merci./.

(Source : site Internet de la présidence de la République)

 

Communiqué de la présidence de la République (Paris, 15 novembre 2013)

Le président de la République s’est entretenu par téléphone avec M. Paul Biya, président de la République du Cameroun. Ils ont évoqué les recherches en cours pour localiser le père Georges Vandenbeusch. Les deux chefs d’État ont réaffirmé leur volonté de tout mettre en œuvre pour parvenir à obtenir sa libération.
Ils ont également convenu d’accroître les mesures de protection des ressortissants français présents dans cette région du Cameroun./.

Dernière modification : 18/11/2013

Haut de page