Discours prononcé à l’occasion de la Fête nationale par S. E. M. Gilles Thibault, Ambassadeur de France

JPEG

AMBASSADE DE FRANCE AU CAMEROUN

 

Discours prononcé à l’occasion de la Fête nationale
par S. E. M. Gilles THIBAULT, Ambassadeur de France
Samedi 13 juillet 2019

 

Vous ne serez certainement pas étonnés si je vous dis que je suis ému de célébrer avec vous ce 230ème anniversaire de la Prise de la Bastille. Beaucoup d’entre vous savent, en effet, que c’est probablement l’une de mes dernières prises de parole publique au Cameroun. Dans quelques jours, je quitterai des amis, camerounais, français et diplomates, qui m’ont beaucoup donné et à qui je dois beaucoup.

Je rentrerai en France au terme de trois belles années au service de l’amitié franco-camerounaise : années passionnantes et denses grâce à de très nombreuses et belles rencontres, à une floraison d’actions réalisées pour les populations au nom de l’amitié entre nos deux peuples avec le soutien de toute l’équipe de France, de nos compatriotes, de nos interlocuteurs camerounais et de la communauté internationale. Je leur en suis très reconnaissant, comme mon épouse.

Avant d’emporter avec nous ces souvenirs inestimables, je voudrais maintenant évoquer la relation franco-camerounaise en y mêlant, avec la simplicité et la franchise que se doivent des amis, quelques réflexions.

♦♦♦♦♦

I arrived in September 2016, one month before the start of the Anglophone crisis. The national context was already complicated. There were several security concerns in the Far North and along the border with the Central African Republic. The economic situation of the Central Africa region, with Cameroon its economic engine, was challenging. On top of that, the social environment was wearisome. Young people were expressing their concern for a lack of job opportunities and tensions were rising with the at-the-time upcoming elections. The interconnection between security, economic and social crisis was obvious to most and set the tone for an anxiety-inducing atmosphere.

Three years later, thankfully, Cameroon is withstanding. Of course, not all problems went away, but the strengths of the country and the quality of the people are its biggest assets in resisting to difficult situations. It is those courageous women and men that France is working with to support them in their goal to help the whole country go forward. Their fight for solidarity, justice and peace is a righteous one. I saw it many times and across all fields of activity, during my numerous trips to all of the ten regions.

Aussi, suis-je fier de la volonté des diplomaties camerounaise et française d’agir ensemble pour renforcer la sécurité du pays et restaurer la paix civile, ainsi que pour promouvoir la prospérité en pariant sur la jeunesse et les femmes, tout en soutenant, en priorité, les secteurs sociaux et les régions du Septentrion, de la zone anglophone et de l’Est. Je suis fier de notre relation fondée sur l’égalité, la confiance, la solidarité et surtout de nos réalisations communes au profit des populations. Nul doute que ce que l’on fait et comment on le fait, parle plus haut que ce que l’on dit.

♦♦♦♦♦

À cet égard, même s’il est impossible de mentionner toutes ces réalisations, je tiens à en citer quelques-unes pour rendre hommage à celles et ceux qui les ont conçues et mises en œuvre, ainsi qu’à leurs bénéficiaires.

- En matière de sécurité et de défense, nous luttons côte-à-côte dans le Septentrion contre le terrorisme et dans le Golfe de Guinée contre la piraterie. Nous sommes aussi le premier partenaire de l’Ecole Supérieure Internationale de Guerre, de l’École d’Etat-major et de l’Eiforce.

- Au plan économique, la France, avec EDF et l’AFD via un partenariat international public privé, est le fer de lance du projet de construction de la centrale au fil de l’eau de 420MW de Nachtigal. Cette centrale fournira, dès sa mise en service en 2023, 30 % de l’électricité du pays de façon continue et à moindre coût.

- Au plan financier, la France est le seul pays à participer à titre bilatéral au programme du FMI, de soutien de la zone CEMAC à travers une aide budgétaire de 200 milliards de FCFA, dont 66 en 2019.

- Dans le domaine culturel, nous contribuons à la modernisation du Musée National et soutenons ceux de la route des chefferies pour en faire des haut-lieux de promotion du patrimoine du Cameroun et de sa diversité.

Ainsi, depuis plusieurs années, dans le cadre d’une démarche toujours partenariale et transparente, via le contrat de développement et de désendettement, nous soutenons des secteurs très différents dont l’éducation, la santé, la formation professionnelle, la coopération universitaire, l’innovation, ou encore le développement durable en zone urbaine.

Nous n’oublions ni la culture, je viens d’en parler, ni le sport, conformément aux priorités de la diplomatie française en Afrique définies par le Président Emmanuel Macron à Ouagadougou fin 2017 avec en tête : 2020 et la saison des cultures africaines en France ; ainsi que 2024 et les jeux olympiques de Paris, deux rendez-vous que nous allons ensemble préparer dès la rentrée de septembre.

♦♦♦♦♦

Je clos ce chapitre des réussites franco-camerounaises par trois messages. Le premier message est un message de remerciement aux animateurs de ce partenariat au sein de structures camerounaises comme par exemple le MINREX, le PNDP, le FEICOM, le Centre Pasteur, impossible de tous les citer, ou françaises, comme l’ANRS, l’IRD, le CIRAD, Campus France, Expertise France et Business France, l’OFII, l’AFD, sans oublier France Volontaires et les milieux économiques.

Le deuxième message s’adresse à une partie de la jeunesse avec un salut reconnaissant aux quelque 2500 candidats à l’entrée dans nos universités et grandes écoles (huit d’entre eux rejoindront notamment l’École polytechnique de Paris d’ici peu).
Il s’adresse également à ceux qui animent et fréquentent nos établissements scolaires (Fustel de Coulanges et le Flamboyant à Yaoundé, Dominique Savio à Douala, les Tinguelins à Garoua, les Boukarous à Maroua), nos instituts français à Douala et Yaoundé et nos alliances à Bamenda, Dschang, Garoua et N’Gaoundéré. Ils témoignent de la réalité et de la vitalité de la présence française au Cameroun.

Le troisième enfin est pour la société civile et les femmes dont vous me permettrez de faire de Mme Aïssatou Doumara le symbole. L’attribution du premier prix Simone Veil de la République française à Aïssa, en récompense de son engagement depuis plus de 20 ans au service de la lutte contre les violences faites aux femmes dans l’Extrême-Nord, illustre la qualité du tissu associatif au Cameroun.

Ces associations de terrain interviennent souvent dans les zones en crises avec des déplacements de population importants. La France soutient leurs interventions en bonne intelligence avec les autorités du pays, les agences des Nations Unies et les autres bailleurs de fonds, dans le cadre d’une réponse coordonnée par le Premier ministre dont je salue l’engagement.

♦♦♦♦♦

Speaking of the ongoing Anglophone crisis, I would like to take the opportunity to once again, voice the solidarity of French people with the victims on all sides and its compassion for those suffering. One more time, I want to underline the importance of a pacific resolution of the tensions in the North-West and South-West regions. I strongly believe that the love for Peace uniting all Cameroonians as well as their generosity, ingenuity and hospitality give us strong reasons for hope.

Vous l’avez compris, la France reste confiante dans les capacités du pays à relever les défis qui sont connus de tous. Elle compte sur la détermination de la jeunesse à aller de l’avant, sur la volonté des élites et des serviteurs de l’État d’œuvrer pour les plus fragiles et surtout sur le désir de tous, au-delà des apparences, de continuer à vivre ensemble.

♦♦♦♦♦

Arrivé au terme de ce discours, je voudrais naturellement remercier tous ceux qui m’ont entouré pendant ma mission, et en particulier les membres de cette ambassade. L’avenir dira si j’ai pu contribuer à renforcer les liens entre la France et le Cameroun.

Ce qui est certain, en revanche, ce que je sais aujourd’hui, c’est que l’équipe France qui m’a soutenu est une grande et belle équipe. Je lui dois beaucoup et je l’en remercie du fond du cœur. Je lui demande aussi d’accueillir et de servir mon successeur, Christophe Guilloux, avec la même loyauté et la même efficacité dont elle a fait preuve à mon égard

Pour finir, merci à tous ceux, grâce à qui nous partageons cet agréable moment, avec une mention spéciale pour nos sponsors, dont je salue la fidélité et la générosité. Mes chers amis, je vous souhaite le meilleur.

Vive le Cameroun, Vive la France, Vive l’amitié franco-camerounaise.

Dernière modification : 31/07/2019

Haut de page