Discours de M. Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des affaires étrangères, à son arrivée à Maroua

JPEG - 22.9 ko
M. Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des affaires étrangères

Cameroun - Discours de M. Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des affaires étrangères, à son arrivée à Maroua (Maroua, 24/10/2019)
Monsieur le Gouverneur,

Messieurs les Maires,

Mesdames et Messieurs les parlementaires,

Vos Majestés, que j’ai eu l’occasion de saluer tout à l’heure à l’aéroport,

Mes chers amis,

Mesdames et Messieurs,

Je considérais que je ne pouvais pas venir au Cameroun sans venir à Maroua. Je considérais cela parce que je voulais saluer les efforts déterminés que vous menez depuis cinq ans pour combattre Boko Haram. Et je voulais venir exprimer ici ma solidarité à l’égard de la population de l’Extrême-Nord.

J’aurai l’occasion tout à l’heure de rencontrer certains représentants des ONG. Je serais intéressé d’entendre leurs récits. Mais je voulais ici avoir l’échange avec vous sur l’horizon sécuritaire. Parce qu’en 2014, le gouverneur me le rappelait, il y a un instant, le Cameroun a été l’un des tous premiers pays à répondre aux encouragements de la France à s’unir pour combattre le groupe terroriste de Boko Haram. Au regard de la gravité de la menace, vous avez établi une nouvelle région militaire, vous avez mis en œuvre les forces du bataillon d’intervention rapide, vous avez participé à la force multinationale mixte qui s’est mise en place à N’Djamena aux côtés du Nigéria, du Tchad et du Niger, et vous avez fait en sorte d’agir ensemble pour opposer un front uni à ce groupe terroriste.

Aujourd’hui, nous en ferons le point tout à l’heure, vous avez réussi à faire en sorte que ce groupe sorte du territoire camerounais. La France a toujours été très fière de vous apporter son soutien dans ce combat et nous continuerons, je suis venu vous le dire, à vous apporter notre soutien.

Enfin, je voulais aussi vous dire que cette contrainte du terrorisme nous concerne tous. Elle concerne votre sécurité, mais elle concerne aussi notre sécurité, celle de la France. Nous sommes donc dans le même combat. Mais je vois bien les conséquences que cela a pu avoir sur la vie quotidienne dans l’Extrême-Nord : d’abord, vous êtes soumis à l’enclavement. Vous êtes au bout du bout du territoire camerounais, ce qui déjà est une difficulté. Ensuite, vous avez dû subir l’action des groupes terroristes avec toutes ses conséquences, les souffrances que cela a dû induire et aussi parfois les enlèvements, la brutalité, la crainte, la peur. Et puis à cela s’est ajoutée la perte de recettes due à la diminution, voire à l’extinction, du tourisme en raison de ces difficultés.

Ce sont donc trois inconvénients en même temps. Je suis venu vous dire que nous souhaitons vous aider à poursuivre le développement de votre région, parce que nous avons la conviction que votre région a un grand potentiel agricole, touristique, commercial. Vous êtes la région la plus peuplée du Cameroun mais sans doute la plus éloignée du centre de décision et nous voulons vous apporter notre soutien, à travers le programme national de développement participatif dédié aux régions du septentrion. Nous avons un financement important de treize milliards de francs CFA. Et puis je veux le dire ici, à Maroua, nous voulons, dans le cadre du programme dit C2D, faire en sorte que la capitale régionale qu’est Maroua bénéficie d’un financement français de 30 milliards de francs CFA, 45 millions d’euros, que je suis venu vous annoncer.

En souhaitant que cette mobilisation financière intervienne dans les domaines de la vie quotidienne, de la formation, du développement, pour la formation professionnelle en particulier, mais aussi pour la santé, mais je fais confiance totalement au gouverneur et aux élus pour que cela soit mené à bien rapidement, et aussi pour aider l’agriculture à faire en sorte que les ressources agropastorales soient utilisées et mobilisées le mieux possible.

Voilà la raison de mon déplacement : à la fois rendre hommage à votre action, vous soutenir dans l’action contre le terrorisme qui est une action commune, et vous dire que nous voulons être avec vous au rendez-vous de la sécurité et du développement. En tout cas, merci de votre accueil./.

Dernière modification : 29/10/2019

Haut de page