Deux députés français en visite au Cameroun

Une délégation de deux députés français, Rodrigue Kokouendo (Seine-et-Marne) et Didier Quentin (Charente-Maritime), a séjourné au Cameroun du 14 au 17 janvier 2020. Cette visite de quatre jours leur a permis de rencontrer de nombreux acteurs de la sphère politique et économique et d’échanger avec la société civile.

Des discussions essentiellement politiques sur le NOSO

À Yaoundé, les députés ont été successivement reçus par le ministre des Relations extérieures, le ministre de l’Economie et le ministre de la Décentralisation. Ces échanges ont principalement concerné la situation dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest et le développement des régions camerounaises périphériques. La question du modèle de décentralisation français comme source possible d’inspiration a été abordée.

Puis les députés ont rencontré leurs homologues parlementaires. Ils ont été reçus à l’Assemblée nationale par son Vice-Président et le groupe d’amitié parlementaire France-Cameroun. Ils ont également échangé avec les leaders des différents partis politiques représentés à la chambre basse, offrant une analyse objective et riche de la situation politique et des défis sécuritaires auxquels fait face le pays, notamment au nord.

Cette rencontre a permis de discuter de l’accompagnement de la France dans la future entreprise de reconstruction des zones anglophones, alors qu’un plan d’aide de 62 millions d’euros (40,7 milliards de francs CFA) a été annoncé par Jean-Yves Le Drian lors de sa visite en octobre 2019.

Une visite étendue aux régions du Littoral et à la société civile

Les deux députés ont poursuivi leur déplacement à Douala et à Buea, leur permettant ainsi de mieux appréhender les enjeux économiques et sociaux sur le terrain.

Reçus à Douala par le gouverneur du Littoral et par le chef de la police, ils ont également rencontré la communauté française présente sur place. Les dossiers économiques et commerciaux ont été au menu des discussions en présence de nombreux entrepreneurs et investisseurs.

Enfin, les députés ont longuement échangé avec des représentants de la société civile à Buea. La situation sanitaire préoccupante et la dégradation du respect des droits humains dans la région leur ont été rappelées. Le maire de la ville, lui, a souligné l’opportunité d’une aide française en matière d’éducation et d’infrastructures.

Dernière modification : 17/02/2020

Haut de page