Cour pénale internationale - Afrique

Déclaration du porte-parole du Quai d’Orsay

Q - Malgré vos appels, plusieurs pays africains veulent se retirer de la CPI. Après le Burundi et l’Afrique du sud, c’est la Gambie qui a émis l’intention de quitter la Cour. Ces pays peuvent être imités par d’autres. Quelles est votre réaction ? Que faire pour arrêter cette spirale ?

R - La France a exprimé sa préoccupation et son regret face à l’annonce faite par certains pays de leur intention d’initier la procédure de retrait de la Cour pénale internationale.

La lutte contre l’impunité est en effet essentielle pour permettre le respect des droits de l’Homme, une réconciliation et une paix durables. La Cour pénale internationale joue à cet égard un rôle unique en tant que seule juridiction pénale permanente à vocation universelle.

Nous appelons instamment les pays ayant fait ces annonces à reconsidérer leur intention et restons disposés à entretenir un dialogue constructif sur le fonctionnement du système de justice pénale internationale.

Dernière modification : 31/10/2016

Haut de page