Communiqué de presse : Signature d’une convention d’affectation pour un montant de 9.8 milliards Fcfa (15 M€)

Yaoundé, le 19 décembre 2014
COMMUNIQUE DE PRESSE
Signature d’une convention d’affectation
pour un montant de 9.8 milliards FCFA (15 M€)
entre la République du Cameroun et l’Agence Française de Développement (AFD)

 ----------------- 

Programme C2D Centres de Formation Professionnelle Sectoriels

 

JPEG

Le 19 décembre 2014, a été signée entre la République du Cameroun, représentée par Monsieur Emmanuel NGANOU DJOUMESSI, Ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du Territoire et l’Agence Française de Développement (AFD), représentée par Monsieur Hervé CONAN, Directeur au Cameroun, en présence de l’Ambassadrice de France au Cameroun, Madame Christine ROBICHON, une convention d’affectation d’une subvention C2D d’un montant de 9.8 milliards de FCFA (15 M€), pour le programme C2D - Centres de Formation Professionnelle Sectoriels (CFPS).

Dans le cadre du Contrat de Désendettement et Développement (C2D), la France accompagne les autorités camerounaises dans les efforts déployés pour promouvoir un nouveau dispositif de formation orienté par la demande afin de palier à l’insuffisance de l’offre et de répondre au mieux aux besoins des entreprises camerounaises, plus particulièrement dans les filières porteuses de l’économie du pays.

La stratégie du MINEFOP vise en effet l’amélioration des compétences de base et en général le capital humain, via un système de formation performant, professionnalisant et à l’écoute des besoins du secteur privé, comme condition préalable au développement économique et social, notamment via l’insertion des jeunes, et à l’essorde l’entreprise.

Afin d’apporter une réponse concrète à l’inadéquation entre l’offre et la demande, et à la quasi absence de centres de formation dans les secteurs industriels clés, le MINEFOP et le GICAM ont affiché une volonté de travailler de concert.

JPEG

Le projet des CFPS financera la mise en place de 2 centres : l’un aux métiers de la maintenance industrielle et du transport/logistique, l’autre aux métiers de l’agro-industrie.

Idéalement localisés au plus près des entreprises, dans le bassin d’emplois de Douala et Edéa, ils formeront des techniciens, en proposant des filières de formation initiale pour les jeunes ayant achevé le 1er cycle du secondaire (BEPC, CAP) et pour des jeunes ayant déjà une expérience professionnelle et pouvant justifier du niveau suffisant. Ces centres offriront également des modules de formation continue, réelle innovation au Cameroun, qui seront ouverts aux ouvriers et techniciens en activité professionnelle. Sous forme de modules courts, elle sera dispensée au centre de formation ou au sein des entreprises bénéficiaires (modalités de type inter-entreprises ou intra-entreprises).

Afin que les CFPS puissent se positionner en tant qu’acteurs souples et capables de s’adapter aux besoins et aux demandes des entreprises, générer leurs propres recettes et développer une logique « entrepreneuriale », il a été décidé de confier leur gestion au secteur privé. Ces Centres développeront une fonction de centre de ressources en proposant des services d’appui conseil aux entreprises. Il s’agit d’une autre innovation majeure dans le système d’appui aux entreprises.

A partir de la rentrée 2017, environ 400 apprenants débuteront leur formation initiale. En l’espace de 8 ans, il est prévu de tripler leur nombre. La formation continue devrait attirer quant à elle 300 personnes par an pour atteindre un niveau de croisière de 800.

Le secteur privé veut néanmoins avancer plus vite. Dès 2015 des mesures urgentes seront mises en place, notamment pour permettre la sensibilisation des entreprises encore trop souvent peu conscientes de la valeur de la formation de leur personnel. Des partenariats seront aussi établis avec les Centres de formation professionnelle existants, y compris des centres intra entreprise, pour le lancement rapide de modules de formation continue afin de répondre aux besoins urgents identifiés.

 

- Lire le discours prononcé par madame l’ambassadrice à cette occasion

Dernière modification : 14/01/2015

Haut de page