Comité d’orientation et de suivi du C2D - Discours de l’ambassadrice


COMITE D’ORIENTATION ET DE SUIVI DU CONTRAT DE DESENDETTEMENT ET DE DEVELOPPEMENT
(COS-C2D)

 

ALLOCUTION DE S. EXC. MME CHRISTINE ROBICHON, AMBASSADRICE DE FRANCE AU CAMEROUN
(YAOUNDE, 18 DECEMBRE 2013)

 _______ 

 

Messieurs les co-Présidents du Comité d’Orientation et de Suivi,
Mesdames et Messieurs les Ministres et Membres du Parlement,
Mesdames et Messieurs,
Chers collègues,

Monsieur le Ministre des Finances, Monsieur le Ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire, permettez-moi de vous adresser mes chaleureux remerciements, pour la préparation et l’organisation de ce 7ème Comité d’Orientation et de Suivi du C2D.

Le Contrat de Désendettement et de Développement est né de notre volonté commune de prolonger l’initiative Pays Pauvres Très Endettés. Il est aujourd’hui un des instruments privilégiés de la coopération franco-camerounaise, sous la forme d’un engagement contractuel volontariste entre nos deux Etats en réponse aux priorités fixées par le Document de Stratégie pour la Croissance et l’Emploi. Parmi les domaines dans lesquels il nous permet d’intervenir ensemble, la santé, l’éducation, le développement urbain, le développement rural et l’agriculture tiennent une place toute particulière.

Votre présence, Mesdames et Messieurs les Ministres, témoigne de l’importance que vous attachez au C2D, dont la maîtrise d’ouvrage opérationnelle est assurée par vos administrations. Je vous remercie de prendre part à ce COS dont l’objectif principal partagé par nous tous est de renforcer l’efficacité de notre collaboration en nous appuyant sur le retour d’expérience.

La 6ème session du COS, qui s’est tenue en octobre 2012, se présentait comme l’étape transitoire entre le 1er et le 2ème C2D. Je me réjouis de placer cette 7ème rencontre sous le signe de l’accélération de la mise en œuvre de notre dispositif.

A ce jour, le Contrat de Désendettement et de Développement représente un engagement financier de 566 milliards de Francs CFA sur la période 2006-2016. En 2013, les cellules sectorielles des ministères ont engagé des nouveaux projets pour un montant de 36 milliards de Francs CFA. Toutefois, le compte du C2D placé auprès de la Banque des Etats d’Afrique centrale (BEAC) présente encore un solde à mi-décembre de 170 milliards de Francs CFA. Cette année, dans ce contexte, les équipes du Secrétariat Technique d’Appui à la mise en œuvre du C2D (STADE), des Ministères sectoriels, des cellules C2D et des services français ont engagé des discussions pour accélérer la mise en œuvre de certains programmes, notamment du premier volet du C2D. Je citerai, en particulier, les secteurs sociaux et la création des comités ad-hoc santé et éducation, une des recommandations du dernier COS. Cette accélération a permis le démarrage de la distribution des 13 000 kits pédagogiques destinés aux enseignants du primaire. Elle va aussi permettre qu’une partie des 2 200 salles de classes à construire ou réhabiliter soit prête à accueillir les élèves dès la prochaine rentrée scolaire.

Notre capacité à répondre à une demande urgente du Ministère de la Santé publique pour financer un mois de médicaments anti-rétro-viraux destinés aux personnes vivant avec le VIH, pour un montant de 1,3 milliard de Francs, a apporté une preuve manifeste de la pertinence et de la réactivité du C2D.

Le 14 novembre, plusieurs d’entre nous étaient à Douala pour la pose de la première pierre du pont sur le Wouri. Financée pour partie par le C2D, cette infrastructure majeure pour le Cameroun sera une des clefs de la poursuite du développement économique de Douala.

Dans le secteur de l’agriculture et du développement rural, secteur de concentration du second C2D, 18 milliards de Francs CFA ont d’ores et déjà été versés. Ce sont, seulement pour l’année 2013, plus de 1200 jeunes qui ont été formés dans le cadre du programme « Appui à la Formation professionnelle - AFOP 2 ». 75 projets ont déjà été subventionnés par le programme « d’Amélioration de la Compétitivité des Exploitations Agricoles - ACEFA 2 ». La contribution du C2D au Programme National de Développement Participatif (PNDP) a permis la réalisation de près de 1500 points d’eau en zone rurale, de plus de 700 salles de classe et la réhabilitation de plus de 300 km de pistes rurales.

L’année 2014 devrait nous permettre d’enclencher la vitesse supérieure sachant que les cellules-projets prévoient de quasiment doubler leur taux de décaissement par rapport à 2013.

Je saisis cette occasion pour saluer le Ministre des marchés publics pour sa disponibilité à trouver des solutions idoines aux lenteurs des procédures de passation des marchés. Je ne doute pas qu’il continuera, en relation avec les cellules projets, des Ministères techniques concernés, à consolider les acquis obtenus cette année et à résoudre les difficultés qui persistent.

L’exigence d’efficacité de notre partenariat sera d’autant plus grande, en 2014, que le 2ème Contrat de Désendettement et de Développement arrive à mi-parcours. Une évaluation externe m’apparaît, indispensable pour dresser un diagnostic complet du C2D. Ses recommandations constitueront d’ailleurs une base solide pour l’ouverture des discussions préparatoires à la signature du 3ème C2D. Ce sera l’occasion de capitaliser les acquis obtenus par les programmes des deux premiers C2D et d’en tirer les leçons pour une gestion plus efficace des projets qui seront financés par ce dernier volet.

Dans le même esprit, l’évaluation en cours du suivi indépendant de la société civile permettra de consolider la présence de sa représentation dans les instances de pilotage du C2D, l’une des originalités notables de notre coopération. Les recommandations issues de cette évaluation fixeront, sous la forme d’un cahier des charges, des objectifs clairs à l’organisation de la société civile qui devrait être choisie par ses pairs sur la base d’un consensus.

Par ailleurs, et en complément des actions menées par la société civile, nous devrons veiller à ce que les actions financées par le C2D bénéficient auprès des populations d’une meilleure visibilité et à ce que la stratégie de communication du C2D soit mise au point au plus tôt.

Mesdames, Messieurs les Ministres,
Mesdames, Messieurs,

Je souhaite que nos débats soient fructueux et vous remercie pour votre attention./.

 

 

Le Journal Le Détective a publié ce discours

Dernière modification : 31/12/2013

Haut de page