Colloque "histoire et mémoires" à la fondation Paul Ango Ela

La fondation Paul Ango Ela de géopolitique en Afrique centrale a organisé un colloque autour de la question mémorielle du 7 au 9 juin. Réunion une large équipe de scientifiques, il a bénéficié du soutien de l’Institut Français.

JPEG
Centre d’études, de recherche et de documentation privé et indépendant, la fondation Paul Ango Ela de géopolitique en Afrique Centrale a réuni de nombreux chercheurs camerounais et quelques autres étrangers autour du colloque : "Histoire et mémoires au Cameroun : Cadrages, marquages, héritages et usages (de 1884 à nos jours)", du 7 au 9 juin à l’Hôtel Mont Febé à Yaoundé.

Organisé en partenariat avec les Archives Nationales du Cameroun, la Société Camerounaise d’Histoire, l’Université de Yaoundé I et l’Université de Bamenda, le colloque a également bénéficié de l’appui du Goethe Institut et de l’Institut Français du Cameroun. Un soutien qui fait suite pour la France aux déclarations de l’ancien président, François Hollande, lors de sa visite au Cameroun en juillet 2015.

En effet, l’ex chef de l’Etat avait affirmé : « Je tenais à venir ici au Cameroun. Il y avait presque quinze ans qu’un président de la République française n’était pas venu en visite officielle dans vote pays. Je tenais à y venir aussi parce qu’il y a des liens humains qui unissent nos deux pays. Certains de ces liens plongent loin dans notre histoire. Ils peuvent être douloureux et la France regarde toujours avec lucidité son passé pour mieux préparer son avenir et c’est ce que nous avons fait. »

Outre la relation historique qui lie la France et le Cameroun et la question des archives, c’est aussi la période allemande et le mandat anglais qui ont été abordés lors des interventions. L’objectif du colloque était d’interroger l’historiographie du Cameroun en dressant une réflexion sur les rapports entre mémoires, archives et histoire.

Dernière modification : 30/06/2017

Haut de page