Cérémonie officielle de remise des médicaments acquis sur fonds C2D par l’organisation catholique pour la santé au Cameroun


INTERVENTION DE S.E. MME. CHRISTINE ROBICHON, AMBASSADEUR DE FRANCE AU CAMEROUN
A L’OCCASION DE LA CEREMONIE OFFICIELLE DE REMISE DES MEDICAMENTS ACQUIS
SUR FONDS C2D PAR L’ORGANISATION CATHOLIQUE POUR LA SANTE AU CAMEROUN

DOUALA, LE 6 MAI 2015

 

Monsieur le Ministre de la Santé Publique,
Monsieur le Gouverneur de la Région du Littoral,
Monsieur le Préfet,
Mesdames et Messieurs les Présidents ou les représentants de la Conférence Episcopale Nationale du Cameroun, de la Fondation AD LUCEM et du Conseil des Eglises Protestantes du Cameroun),
Mesdames et Messieurs,

Je suis très honorée d’être des vôtres aujourd’hui au siège de Caritas à Douala, à l’occasion de cette cérémonie de remise officielle à l’Organisation Catholique pour la Santé au Cameroun (OCASC), de médicaments acquis grâce à des fonds du Contrat de Désendettement et de Développement (C2D), qui lie nos deux pays.

Je suis d’autant plus heureuse d’être à cette cérémonie qu’elle est une nouvelle occasion de saluer la qualité du partenariat de la France et du Cameroun au service du développement économique et social et notamment de l’amélioration de la santé des populations camerounaises.

Lors de quelques événements auxquels vous m’avez, Monsieur le Ministre, fait l’amitié de m’inviter, j’ai pu rappeler l’importance des différents moyens de coopération que la France mobilise pour appuyer la politique de santé publique du Gouvernement du Cameroun.

Un de ces moyens est le C2D, mis en œuvre par l’Agence Française de Développement (AFD). Des fonds du C2D sont dédiés au développement d’une politique de partenariat entre le ministère de la santé publique et les organisations confessionnelles à but non lucratif : l’Organisation Catholique pour la Santé au Cameroun (OCASC), le Conseil des Eglises Protestantes du Cameroun (CEPCA), la Fondation AD LUCEM (FALC) et le Réseau National des Formations Sanitaires d’Obédience Musulmane (RENAFSOM). Les engagements du C2D en faveur de ces organisations s’élèvent à ce jour à plus de 9 milliards de FCFA, dont près de 3 milliards de FCFA au profit de l’Organisation Catholique pour la Santé au Cameroun.
Monsieur le Ministre, la cérémonie de remise de médicaments à cette Organisation Catholique pour la Santé est une belle illustration du résultat de la mobilisation de ressources du C2D.

Les médicaments remis aujourd’hui, d’une valeur globale de 185 millions de FCFA, sont destinés à 26 hôpitaux et 280 centres de santé du réseau de cette organisation. Ils seront disponibles dans ces établissements qui apportent aux populations des services de proximité.

Je souhaite saluer la qualité et l’efficacité du travail effectué au service de la santé des populations urbaines et rurales par l’Organisation catholique, par la Fondation Ad Lucem, par le RENAFSOM, ainsi que par les autres organisations privées qui œuvrent à la santé de tous.

Le soutien de l’Etat au secteur privé est une des clés de l’amélioration de la qualité des soins à la population mais ce soutien doit être régulé. De récents audits ont révélé des fragilités dans la mise en œuvre de subventions mais ils ont aussi apporté des orientations pour rendre plus solides et encore plus efficaces les organisations privées à but non lucratifs. Il convient d’en tenir compte.

Monsieur le Ministre, Monsieur le Président de la Conférence Episcopale Nationale du Cameroun, Mesdames, Messieurs,

Permettez-moi d’évoquer quelques autres actions financées par le C2D au service de la santé :
-  Ici même, dans la région du Littoral, des fonds C2D ont permis la construction de bâtiments additionnels de l’Hôpital de Njombé, établissement privé, qui joue le rôle d’hôpital de district.

-  A Garoua, dans la région du Nord, une subvention de 200 millions de FCFA permet à l’Ecole privée de sages-femmes de se doter d’un internat, que nous aurons l’occasion d’inaugurer bientôt, je l’espère, Monsieur le Ministre.

-  Pour répondre à la situation préoccupante de l’approvisionnement en Antirétroviraux, 1,3 milliard de FCFA ont été mobilisés l’an dernier sur les ressources du C2D Santé, à titre exceptionnel.

-  Plus récemment, a été décidée une aide budgétaire de 8,7 milliards de FCFA pour apurer les arriérés de la Centrale Nationale d’Approvisionnement en Médicaments et Consommables Médicaux Essentiels (CENAME) et pour financer l’achat d’un nouveau stock d’Antirétroviraux.

L’AFD finance en outre, hors C2D, l’amélioration des infrastructures du réseau sanitaire du Cameroon Baptist Convention, qui, depuis plus de 60 ans, œuvre à la santé des populations rurales et qui est aujourd’hui présent dans six des dix régions du pays.

Monsieur le Ministre, Mesdames, Messieurs,

Vous connaissez l’attachement de la France aux droits fondamentaux des êtres humains. Vous connaissez aussi la disposition de la France à accompagner le Cameroun vers l’émergence et l’importance de la santé de la population d’un pays pour le développement économique de celui-ci.

Je suis heureuse que nous conjuguions nos efforts pour servir ces valeurs que nous partageons et pour atteindre ces objectifs que nous visons.

Je vous remercie de votre attention.

Dernière modification : 07/05/2015

Haut de page