Cérémonie de pose de la première pierre du projet d’extension des infrastructures de l’Université des Montagnes


DISCOURS DE S.E. MME. CHRISTINE ROBICHON,
AMBASSADRICE DE FRANCE AU CAMEROUN
A L’OCCASION DE LA CEREMONIE DE POSE DE LA PREMIERE PIERRE
DU PROJET D’EXTENSION DES INFRASTRUCTURES DE L’UNIVERSITE DES MONTAGNES
BANGANGTE, LE 30 SEPTEMBRE 2015

 

Monsieur le Gouverneur,
Madame la Représentante du Ministre de l’Enseignement Supérieur,
Monsieur le Préfet,
Monsieur le Sous-Préfet,
Madame le Maire de la Commune de Bangangté,
Honorables parlementaires, Majestés, Autorités coutumières, administratives, politiques et sécuritaires,
Monsieur le Président de l’Association pour l’Education et le Développement (AED),
Monsieur le Président de l’Université des Montagnes
Mesdames et Messieurs les membres de la direction et du corps enseignant,
Mesdames, Messieurs,

Comme l’a dit le Président de l’Université des Montagnes, j’ai effectivement tenu à venir à Banékané pour la pose de la première pierre des futurs bâtiments de l’Université des Montagnes, dans cette belle ville de Bangangté. J’aurais été très frustrée de rater cette occasion. Je tiens à remercier les habitants, les notables, les étudiants de Bangangté ainsi que les membres de l’Association pour l’Education et le Développement de m’avoir chaleureusement reçue – dans la tradition d’hospitalité de la région de l’Ouest.

Il y a deux jours, j’étais à Bamenda pour poser une autre première pierre, celle d’un des Centres de Santé que finance l’Agence Française de Développement, dans le cadre d’un partenariat avec la Cameroon Baptist Convention, une organisation religieuse dont les hôpitaux sont réputés pour la qualité de leurs soins.

Ces deux premières pierres sont hautement symboliques. Elles illustrent les efforts en cours pour renforcer deux secteurs essentiels à la prospérité de toute société et aux droits humains fondamentaux : l’éducation et la santé. La France est pleinement engagée aux côtés du Cameroun dans ces secteurs. Depuis 2006, dans le cadre des Contrats de Désendettement et de Développement, elle a mobilisé près de 130 milliards de FCFA pour l’éducation et la santé.

Les premières pierres du Centre de santé de Bamenda et des nouveaux bâtiments de cette université symbolisent aussi la collaboration renforcée des acteurs publics et associatifs au service de la population. Elles sont le résultat d’initiatives reflétant le dynamisme de cette population camerounaise et l’énergie qui émane de la jeunesse, un des atouts essentiels de l’avenir du pays.

L’économie a besoin de jeunes bien formés et prêts à intégrer le monde de l’emploi. Pour satisfaire ce besoin, le gouvernement a créé plusieurs universités publiques dans différentes régions.

Il s’est aussi investi dans le développement de la formation technique et professionnelle et la France s’est engagée à ses côtés dans ce domaine en apportant des financements à la construction d’un nouveau campus pour l’Institut Supérieur de Technologie d’Afrique Centrale à Douala et en soutenant la professionnalisation de l’enseignement supérieur dans la sous-région. Déjà, ces efforts conjoints commencent à payer. En 2005, seul 5% de la classe d’âge camerounaise était scolarisé dans l’enseignement supérieur. En 2011, ce chiffre avait plus que doublé, atteignant 12% - alors qu’il est de 8% en moyenne dans le reste de l’Afrique sub-saharienne. Mais, pour poursuivre et accélérer cette transformation, deux défis doivent être relevés : celui des capacités d’accueil et celui de l’excellence.

Ces défis, l’Université des Montagnes les relèvent brillamment. L’Association pour l’Education et le Développement – ainsi que la diaspora camerounaise qui la soutient – démontrent la capacité d’acteurs non étatiques à fournir des services de qualité en apportant à la jeunesse camerounaise des moyens de prendre pleinement sa place dans le pays. En mettant à la portée du plus grand nombre des formations techniques de qualité, en médecine, informatique ou télécommunications, l’Université des Montagnes est pleinement fidèle à sa devise : « Toujours rechercher l’excellence ».

Alors que nous posons aujourd’hui la première pierre de futurs bâtiments de l’Université des Montagnes, nous pouvons imaginer ensemble la vie d’une étudiante sur ce campus, au terme du chantier en 2017. Au milieu de ces montagnes dont l’Université porte si bien le nom, cette étudiante pourra étudier, aux côtés de 3500 élèves venus de tous horizons, les sciences et techniques dont son pays a besoin. Si elle a choisi une carrière médicale, on l’imagine se rendant à la clinique éducation où elle contribuera à soigner quelques-uns des 7500 patients que l’Université se propose d’accueillir chaque année. On peut aussi l’imaginer marchant vers l’amphithéâtre pour suivre un des cours rythmant sa formation de technicienne et d’ingénieure. Quel que soit le choix de cette étudiante, j’ai la conviction que l’Université des Montagnes lui permettra de trouver sa voie et ensuite un emploi, comme c’est le cas de plus de 80% de ses camarades aujourd’hui.

Cette vision n’est pas un rêve, c’est un projet concret qui va démarrer. Le prêt de 5 milliards de FCFA octroyé par l’Agence Française de Développement, l’appui de la diaspora au travers de l’Association de Soutien de l’UDM et le projet PRODESO ainsi que le sérieux de l’équipe pédagogique et administrative de l’Association pour l’éducation et le développement et de l’UDM contribueront à en faire une réalité.

L’Université des Montagnes illustre aussi les avantages réciproques de partenariats entre structures d’enseignement supérieur camerounaises et françaises. Cette Université a des liens solides avec celles de Toulouse, de Saint Etienne, de Lyon et bien d’autres, qui lui apportent leur appui pédagogique et mettent à sa disposition des professeurs qui viennent à Bangangté dispenser des cours spécifiques. Je félicite tous les acteurs impliqués dans ces projets au service de la jeunesse et de l’éducation. En travaillant aujourd’hui à l’expansion de l’Université des Montagnes, vous contribuez et nous contribuons ensemble à construire le Cameroun émergent de demain.

Mes meilleurs vœux de succès vous accompagnent dans ce chantier.

Je vous remercie de votre bienveillante attention.

Dernière modification : 05/10/2015

Haut de page