Cérémonie de lancement officiel du chèque santé


DISCOURS DE S.E. MME. CHRISTINE ROBICHON,
AMBASSADRICE DE FRANCE AU CAMEROUN
A L’OCCASION DE LA CEREMONIE DE LANCEMENT OFFICIEL DU CHEQUE SANTE

NGAOUNDERE, LE 2 JUIN 2015

 

JPEG

Monsieur le Ministre de la Santé Publique,
Monsieur le Gouverneur de la Région de l’Adamaoua,
Monsieur le Préfet,
Monsieur le Délégué du Gouvernement auprès de la Communauté Urbaine de Ngaoundéré,
Madame la Représentante de l’Ambassade d’Allemagne,
Mesdames et Messieurs les autorités civiles, religieuses et traditionnelles,
Mesdames, Messieurs,

L’accueil qui nous est réservé, dans la grande tradition d’hospitalité de l’Adamaoua, est impressionnant. Je remercie tous ceux qui y ont contribué.

Monsieur le Ministre, je suis particulièrement heureuse de participer à vos côtés à la célébration de l’entrée en vigueur du Chèque Santé, instrument nouveau destiné à contribuer à la réduction de la mortalité maternelle et néonatale.

JPEG

Notre présence et celle de l’Ambassade d’Allemagne est un beau symbole du partenariat entre nos trois pays en faveur du développement humain de la population du Cameroun.

Pour contribuer à la santé maternelle et néonatale, notamment dans les régions affichant des indicateurs sociaux en retrait, la France et l’Allemagne apportent respectivement 23 et 14,7 milliards de FCFA, dans le cadre d’un Programme Conjoint.

Aujourd’hui, les statistiques, les indicateurs et l’ensemble des données relatifs à la santé des mères et de leurs jeunes enfants sont préoccupants au Cameroun et en particulier dans le Septentrion, où ils révèlent malheureusement une dégradation ces dernières années.

Ils montrent par exemple que la mortalité maternelle a presque doublé entre 1998 et 2011. Pour 100 000 naissances vivantes, elle est passée de 430 à 782 décès, alors que l’objectif était de 350 décès en 2015. Derrière les chiffres, ce sont autant de drames humains qui touchent des familles camerounaises.

Malgré les effets positifs des actions du Ministère de la Santé Publique et de ses partenaires, le faible niveau d’information et d’autonomie des femmes enceintes, leurs difficultés à accéder aux services de santé, le dénuement des plateaux techniques, ainsi que les difficultés des personnels en charge de la santé de la reproduction, peu nombreux et insuffisamment formés, demeurent les principales causes du niveau très élevé de la mortalité maternelle.

Face à cette situation, une riposte s’imposait. Des initiatives ont été prises. Grâce au C2D Santé et à l’appui d’autres partenaires, la mise à disposition de kits obstétricaux a été lancée en 2012, à titre expérimental, dans les régions du Septentrion avant d’être étendue à l’ensemble du pays. L’Allemagne a octroyé un appui financier supplémentaire au secteur de la santé par la mise à la disposition du gouvernement camerounais de 3,2 Mds FCFA destinés aux actions de planning familial, à la prise en charge des dépenses de l’école des sages -femmes /maïeuticiens.

Le Chèque Santé, dont nous fêtons la naissance, s’inscrit en droite ligne des initiatives du Gouvernement pour réduire la mortalité maternelle et néonatale. Il s’agit d’un mécanisme pilote de pré-paiement et de prise en charge subventionnée des soins liés à la grossesse, à l’accouchement et à la santé des nouveau-nés, destiné à réduire les barrières financières d’accès aux soins obstétricaux et néonataux. Avec 6 000 FCFA, la femme enceinte va pouvoir acheter un Chèque-Santé qui lui donnera accès pendant sa grossesse à toutes les consultations et examens nécessaires à un accouchement par voie normale ou césarienne, par du personnel qualifié et enfin, au suivi de sa santé et de celle de son bébé pendant 6 semaines. Quel que soit le niveau de suivi et de soins nécessaire, quelles que soient les complications éventuelles, la femme enceinte n’aura pas à débourser un franc supplémentaire durant cette période pour les soins associés à sa grossesse. Ces prestations dispensées par les formations sanitaires accréditées seront donc subventionnées par le Ministère de la Santé avec l’appui du Programme conjoint financé par le C2D et l’Allemagne et mis en œuvre par le consortium d’ONG CIDR (Centre International de Développement et de Recherche) et CARE.

L’usage du Chèque Santé, qui a déjà fait preuve de son efficacité dans d’autres pays d’Afrique, est en train d’être instauré progressivement dans plusieurs districts de santé des régions de l’Adamaoua, du Nord et de l’Extrême-Nord.

La réussite du Chèque Santé dépendra de la mobilisation et de la sensibilisation de la population, de la mise à niveau, en nombre et en formation, du personnel sanitaire, notamment les sages-femmes. Elle dépendra aussi de la disponibilité en médicaments et matériels nécessaires.

Nous souhaitons tous la réussite du Chèque Santé car nous souhaitons tous une diminution de la mortalité maternelle et infantile.

Je vous remercie de votre attention.

Dernière modification : 17/06/2015

Haut de page