Cérémonie de lancement de la formation des acteurs d’état civil

ALLOCUTION S. EXC. MME CHRISTINE ROBICHON, AMBASSADRICE DE FRANCE AU CAMEROUN,
A L’OCCASION DE LA CEREMONIE DE LANCEMENT DE LA FORMATION DES ACTEURS D’ETAT CIVIL
(HOTEL HILTON – LE LUNDI 21/9 A 11H00)

 

Monsieur le Ministre de l’administration territoriale et de la décentralisation,
Monsieur le Secrétaire Général de l’administration territoriale et de la décentralisation,
Monsieur le gouverneur de la région Centre,
Monsieur le préfet du département du Mfoundi,
Monsieur Le Délégué du Gouvernement auprès de la Communauté Urbaine de Yaoundé,
Monsieur Le Président des Communes et Villes Unies du Cameroun (CVUC) ;
Mesdames et Messieurs,

 

Je suis très heureuse de participer, à votre invitation M. le Ministre, à la cérémonie de lancement des formations du personnel de l’état civil du Cameroun.

Ces formations s’inscrivent dans le cadre du Programme de Réhabilitation de l’Etat Civil du Cameroun, programme conduit par le ministère de l’administration territoriale, avec le soutien de la France.

Etant moi-même officier d’état civil, je suis souvent témoin des difficultés très concrètes et parfois graves que rencontrent quantité de personnes en raison d’imperfection du système national d’état civil du Cameroun ou de fraudes. Je peux donc attester que la réhabilitation du système d’état civil est une nécessité pour garantir aux habitants de votre pays leur droit le plus essentiel, celui d’être reconnu comme personne et d’accéder à la citoyenneté.

L’entreprise de réhabilitation de votre système national d’état civil a été lancée en 2010 sous votre égide, Monsieur le Ministre. Vos services en assurent la maitrise d’ouvrage. Par l’Accord relatif à la gestion concertée des flux migratoires et au développement solidaire, signé par nos deux pays le 21 mai 2009, la France s’est engagée à soutenir cette entreprise. C’est dans ce cadre qu’elle lui a apporté un concours financier d’ 1,23 milliard de FCFA, administré par un Comité de suivi franco-camerounais et mis en œuvre avec l’assistance technique de CIVI.POL Conseil.

Depuis sa création, le Comité de suivi a validé une série d’actions :

-  l’acquisition de registres d’état civil,
-  le transport et la distribution de ces registres,
-  les études architecturales préalables à la construction du bureau national d’état civil (BUNEC) et des centres secondaires ou encore l’élaboration d’une stratégie d’achat d’équipements et de fournitures,
-  la construction de 20 centres secondaires (soit 2 par région)
.

Le lancement de la formation des agents de l’état civil, objet de notre rencontre d’aujourd’hui, est un élément essentiel de l’effort global de réhabilitation de l’état civil du Cameroun car la fiabilité de l’état civil, indispensable à la reconnaissance et à la protection des droits des personnes, dépend largement de la compétence et de la rigueur avec laquelle les officiers de l’état civil s’acquittent de leurs tâches.

La formation des personnes en charge de l’état civil est déterminante pour la réussite de la réforme. Il s’agit de familiariser ces personnes au fonctionnement du système d’état civil défini par la législation en vigueur, en apportant à chacun des officiers et secrétaires d’état civil, un même niveau d’information.

L’opération de formation lancée aujourd’hui à Yaoundé, a une portée nationale et concernera les 10 régions du pays. Selon un calendrier qui s’étale sur cinq mois, dans l’ensemble du pays, environ 6000 officiers et secrétaires d’état civil bénéficieront d’une formation, au cours de 99 séances organisées avec le concours des autorités locales concernées, dans 90 lieux différents.

En parallèle à cette opération, d’autres actions seront conduites comme :
-  la mise à jour de la base de données des officiers et des secrétaires d’état civil,
-  une sensibilisation des acteurs de la santé aux déclarations de naissance et de décès.

Le coût, pris en charge par la partie française, des opérations qui débutent aujourd’hui, s’élève à près de 197 millions de FCFA. Leur succès suppose la mobilisation de toutes les autorités concernées et nous ne doutons pas, Monsieur le Ministre, que celles-ci sauront être au rendez-vous.

Je souhaite la pleine réussite de l’opération de formation qui s’ouvre aujourd’hui et je vous remercie de votre attention.

Dernière modification : 21/09/2015

Haut de page