Cérémonie d’inauguration du ’Centre d’application mère-enfants et secourisme’ et du ’pavillon des accompagnants de malades’ de l’hôpital St Jean de Malte à Njombé


A L’OCCASION DE LA CEREMONIE D’INAUGURATION DU ‘CENTRE D’APPLICATION MERE-ENFANTS ET SECOURISME’ ET DU ‘PAVILLON DES ACCOMPAGNANTS DES MALADES’
DE L’HOPITAL ST-JEAN DE MALTE

 

DISCOURS DE S. EXC. MME CHRISTINE ROBICHON, AMBASSADRICE DE FRANCE AU CAMEROUN
(NJOMBE, 19 MARS 2014)

 ________ 

 

Monsieur le Ministre de la Santé Publique,
Monsieur l’Ambassadeur de l’Ordre de Malte,
Monsieur le Gouverneur de la Région du Littoral,
Mesdames, Messieurs, membres du Parlement, des autorités administratives, municipales, dirigeants d’entreprises économiques et représentants de la société civile,

Je suis très heureuse d’être des vôtres aujourd’hui, à Njombé, pour inaugurer deux nouveaux pavillons de l’hôpital Saint-Jean de Malte.

Je suis d’autant plus heureuse que cette cérémonie est une nouvelle illustration de la qualité du partenariat qui lie nos deux pays. En effet, les réalisations que nous inaugurons sont financées, l’une sur les fonds du Contrat de Désendettement et de Développement (C2D) entre la France et le Cameroun et l’autre dans le cadre du Programme Franco-Camerounais pour un Développement Solidaire (PRODESO).

Le premier C2D conclu en 2006 avec l’Etat camerounais mobilise d’importantes ressources - 59 milliards de FCFA - pour soutenir la stratégie du gouvernement de ce pays dans le secteur de la santé.

Une partie de ce financement - près de 15 milliards de FCFA – vise, conformément à la politique du Ministre de la Santé publique, à renforcer les synergies entre secteur public et secteur privé à but non lucratif. C’est dans ce contexte et dans le cadre du C2D qu’une subvention importante est accordée aux trois grandes organisations de ce secteur afin de leur permettre de remettre à niveau et de restructurer leurs formations sanitaires.

L’ensemble des engagements du C2D en faveur des trois réseaux de santé que sont l’Organisation Catholique pour la Santé au Cameroun (OCASC), le Conseil des Eglises Protestantes du Cameroun (CEPCA) et la Fondation Ad Lucem (FALC) s’élève à ce jour à plus de 9 milliards de FCFA.

Monsieur le Ministre, Mesdames, Messieurs,

Afin d’atteindre les Objectifs du Millénaire pour le Développement, le Cameroun a fait du développement humain l’un des quatre axes stratégiques de son Document de Stratégies pour la Croissance et l’Emploi (DSCE).

Vous connaissez l’importance qu’attache la France à la lutte contre la pauvreté et à l’amélioration de la santé des populations. A travers l’Agence française de développement, elle soutient les initiatives prises dans ces domaines par l’Etat camerounais et ses partenaires, en particulier pour réduire la mortalité maternelle et infantile.

Malgré l’intensification des efforts à l’échelle mondiale et nationale, les taux de mortalité maternelle, néonatale et infantile restent élevés, trop élevés. La dernière « Enquête Démographique et de Santé » de 2011 a révélé une augmentation de l’indicateur de mortalité maternelle au Cameroun. Pour corriger cette situation, la mobilisation de tous et des actions urgentes s’imposent.

Le « Centre d’Application Mères-Enfants et Secourisme » de l’hôpital Saint-Jean de Malte, financé par les fonds du C2D à travers une subvention de 250 millions de FCFA, va contribuer, aux côtés des initiatives de l’Etat à la lutte pour la réduction de la mortalité maternelle.

Comme son nom l’indique, il dispensera des formations cliniques aux élèves des écoles de Sages-femmes les plus proches des régions du Littoral et du Sud-Ouest.

Il assurera également des formations aux premiers secours, afin de développer des compétences dans la prise en charge rapide des accidentés de la route, des accidentés du travail et des victimes d’accidents domestiques.

Ajoutée à l’appui du C2D, la subvention de 131 millions de FCFA accordée à l’hôpital Saint Jean de Malte dans le cadre du Programme Franco-Camerounais pour un Développement Solidaire (PRODESO), lui permettra d’assurer dans de meilleures conditions l’ensemble des prestations de santé et de mieux répondre aux normes du Paquet Minimum d’Activités (PMA) recommandé par l’Organisation Mondiale de la Santé.

L’aménagement de l’unité de Protection Maternelle et Infantile (PMI) et du pavillon des accompagnants, inauguré aujourd’hui, permettra de porter une attention personnalisée aux mères et d’assurer un suivi des grossesses dans des conditions de confort et de sérénité accrues. De même, les maladies et la malnutrition infantiles seront mieux détectées, les vaccinations mieux suivies.

Tout cela permettra d’apporter aux patients un service de qualité et de réduire le taux de la mortalité et de la morbidité maternelle et infantile.

Monsieur le Ministre, Mesdames, Messieurs,

Permettez-moi de rappeler les contributions du C2D en soutien aux établissements privés ayant une mission de service public dans le domaine de la santé.

En 2011, une première subvention de 150 millions de FCFA avait permis, ici même, la construction du « Pavillon d’Accueil et des Urgences », inauguré le 28 mars 2011, par vous-même, avec mon prédécesseur.

Il y a quelques semaines, j’ai eu le plaisir de visiter, à Garoua, l’Ecole Privée des Infirmiers qui, grâce à une subvention de 200 millions de FCFA, construit un internat qui sera achevé avant la fin de l’année en cours et a acquis un véhicule pour le transport de ses élèves.

C’est avec un grand plaisir que j’évoque ici l’action de la France pour soutenir la collaboration entre le Ministère de la Santé Publique et les acteurs locaux qui le soutiennent pour développer l’offre de soins de santé de qualité, accessibles et répondant aux besoins locaux en vue d’améliorer l’état de santé des populations, objectif qui sert les droits de l’homme ainsi que le développement économique et social.

Je vous remercie de votre bienveillante attention./.

 

 

Lire les articles parus dans la presse locale sur ce sujet

Dernière modification : 09/04/2014

Haut de page