Cérémonie d’hommage au français Eric de PUTTER

Madame l’Ambassadrice a assisté le 28 juin 2016 à la cérémonie d’hommage au jeune volontaire français Eric de PUTTER, assassiné il y a quatre ans.

JPEG

Madame l’Ambassadrice a assisté le 28 juin 2016 à la cérémonie d’hommage au jeune volontaire français Eric de PUTTER, assassiné le 8 juillet 2012. Quatre ans après les faits, la lumière n’a toujours pas été faite sur cet assassinat.

La cérémonie d’homme à Eric de PUTTER s’est tenue le 28 juin à l’Institut français du Cameroun. Après quelques mots du Président du DEFAP (Service Protestant de Mission), une série d’hommages ont été rendus par le Conseil des Eglises Protestantes du Cameroun, le Pasteur Laurent SCLUMBERGER, Président du Conseil de l’Eglise protestante unie de France, le Pr. Bouba BIMA, recteur de l’Université Protestante d’Afrique Centrale et le Pr. Jean-François ZORN de l’Institut Protestant de Théologie.

Des étudiants de M. de PUTTER ont également tenu à saluer une dernière fois leur professeur à leur façon, avec un sketch et quelques chants de gospel.

M. de PUTTER est né le 4 octobre 1980 à Fourmies (59). Il a résidé deux ans au Cameroun où il travaillait en tant que Volontaire de Solidarité Internationale auprès de l’Université Protestante d’Afrique Centrale de Yaoundé. Sa mission touchait à sa fin et il s’apprêtait à rentrer en France, quand le 8 juillet 2012, M. de PUTTER a été assassiné.

M. De PUTTER et son épouse étaient rentrés à leur domicile dans le campus de l’université vers 19h30, ce funeste 8 juillet. Ils étaient en train de dîner lorsque quelqu’un a frappé à la porte du bureau de M. de PUTTER. Celui-ci est allé ouvrir la porte et son épouse l’a entendu crier. Pensant qu’il était en train d’être agressé, elle est allée chercher de l’aide auprès de son voisin en sortant par une autre porte. Lorsqu’elle est revenue dans le bureau, elle a constaté que son époux gisait à terre, le maillot taché de sang. Mme de PUTTER a tenté de le réanimer, en vain. Grâce à l’aide de personnes accourues pour le secourir, elle l’a accompagné immédiatement à l’hôpital le plus proche où il est décédé en arrivant.

L’enquête permettait d’orienter les soupçons sur deux personnes, un étudiant et un membre important de l’université. Après une année passée en détention préventive, les deux prévenus sont sortis de prison le 29 septembre 2013 et placés en surveillance judiciaire. L’enquête n’a pas encore permis de retrouver et de condamner les coupables de cet assassinat.

JPEG

Dernière modification : 29/06/2016

Haut de page