Cameroun - Réponse de M. Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des affaires étrangères, à une question au gouvernement à l’Assemblée nationale

Cameroun - Réponse de M. Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des affaires étrangères, à une question au gouvernement à l’Assemblée nationale (Paris, 17/12/2019)

JPEG - 22.9 ko
M. Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des affaires étrangères

Monsieur le Député,

La France est préoccupée de la situation au Cameroun. Elle ne se contente pas de faire du déclaratif, y compris au Conseil de sécurité, mais la France se rend sur place. Comme vous le savez, à la demande du président de la République, je me suis rendu au Cameroun il y a un mois. Je l’ai fait d’autant plus facilement à ce moment-là que, suite à de nombreuses démarches que nous avions initiées, le président Biya a décidé de rendre leur liberté à plusieurs opposants politiques, dont l’opposant principal, M. Maurice Kamto. Ce qui fait que, à cette occasion, j’ai pu rencontrer et le président Biya pour faire valoir nos préoccupations que vous citez, mais aussi les différents partis d’opposition, dans la perspective d’une plus grande transparence et d’une plus grande reconnaissance des partis d’opposition dans la perspective des élections législatives, qui auront lieu, comme vous le savez, le 9 février prochain.

Mais, parallèlement à cela, ces entretiens, je crois, ont permis d’avancer sur la situation des provinces nord-ouest et sud-ouest du Cameroun, dites provinces anglophones, parce que le président du Cameroun s’est engagé sur la voie de la décentralisation, parce qu’il s’est engagé sur le fait que ces deux régions bénéficieront d’un statut spécial au terme du processus législatif, et parce qu’il y a eu, à l’initiative des autorités, ce qu’ils ont appelé un grand dialogue national qui s’est tenu à Yaoundé à la fin du mois de septembre. Cela est d’autant plus juste que, en ce moment même, Monsieur le Député, se déroule le processus législatif sur la décentralisation, à laquelle la France apportera un soutien technique.

Donc, nous allons garder une grande vigilance parce que la situation est difficile. Mais nous sommes plutôt en ce moment sur une dynamique positive./.

Dernière modification : 18/12/2019

Haut de page