Appui aux équipes camerounaises à la riposte contre le Covid 19

La seconde des trois enquêtes de séroprévalence à SARS-CoV-2 dans la ville de Yaoundé portées par le programme « Appui à la Riposte Africaine contre le Covid 19 » (ARIACOV) est en cours. Ce programme est mis en œuvre dans le cadre de la convention IRD/AFD/MEAE qui couvre 6 pays, avec un pilotage par l’IRD.

Une équipe sur le terrain
Prise de sang

Ces enquêtes sont conduites en population générale, conformément aux recommandations de l’OMS. Le protocole d’enquête prévoit la participation de plus de 500 ménages, aléatoirement tirés au sort afin d’avoir une bonne représentativité de la population vivant dans la capitale camerounaise. Pour sensibiliser la population camerounaise au bienfondé de cette étude visant à produire des données de Santé Publique et améliorer leur adhésion, les équipes ARIACOV travaillent sur le terrain de concert avec les mobilisateurs communautaires.

Les prélèvements de sang collectés auprès des participants avec leur consentement éclairé, seront analysés grâce à un test sérologique puissant et fiable qui détecte la présence conjointe de deux anticorps dirigés contre le SARS-CoV-2, témoins d’une contamination passée, pouvant être passé inaperçue en l’absence d’éventuels symptômes. Dans le cadre de la vaccination qui a déjà démarré au Cameroun, ce test permettra aussi de différencier une infection naturelle d’une vaccination. En cas de symptômes liés à la Covid-19, des tests de PCR sont proposés aux personnes vivant dans les ménages enquêtés. Des données sociodémographiques et épidémiologiques sont aussi recueillies au cours de l’enquête.

Cette étude va permettre, non seulement de déterminer la proportion de la population ayant été en contact avec le coronavirus responsable de la maladie Covid-19 à un « instant t » (période couverte par une enquête) dans différentes classes d’âge, mais aussi, grâce à la répétition de ces enquêtes (trois enquêtes successives au cours du premier semestre 2021), de connaitre la dynamique réelle de l’épidémie au cours du temps.

Afin d’apporter un appui aux partenaires camerounais, les deux coordinatrices du programme, Caroline COULON et Emilande GUICHET, se sont rendues au Cameroun entre le 15 avril et le 6 mai. Les équipes camerounaises s’occupent, entre autres, de la réalisation des enquêtes (par la DROS-Min Santé), de la gestion des prélèvements sanguins (par le CREMER) et des données (par le Site ANRS-Cameroun).

Cette mission a aussi été l’occasion de rendre compte de l’avancement du projet aux partenaires institutionnels, l’AFD Cameroun et l’Ambassade de France à Yaoundé, et de poser ensemble les jalons de la suite du projet, notamment en termes d’échanges scientifiques, de partenariat et de communication.

Dernière modification : 26/05/2021

Haut de page