Accident ferroviaire d’Eséka : la France se mobilise au chevet des blessés

1. Don de matériel médical et chirurgical par la France au Cameroun

En réponse à la sollicitation du gouvernement camerounais, l’Ambassadeur Gilles Thibault a remis au nom de la France le 25 octobre 2016, en présence du ministre camerounais de la Santé publique, 300 kilos de matériel médical et chirurgical à l’Hôpital Central et au Centre des Urgences de Yaoundé (CURY) pour la prise en charge des blessés de l’accident ferroviaire d’Eséka. Le matériel a été envoyé par la cellule de crise du Ministère des Affaires Étrangères et du Développement International (MAEDI).

La cérémonie de remise du don a eu lieu à l’Hôpital Central de Yaoundé, où le directeur a rappelé les liens historiques entre ledit hôpital et la France. Le fait que la cérémonie se déroule dans la salle Laurence Vigne, chercheuse de l’IRD décédée au Cameroun des suites d’une attaque, était hautement symbolique. L’Ambassadeur a ensuite exprimé toute la solidarité du gouvernement français envers les Camerounais dans ses instants tragiques après l’accident ferroviaire sur l’axe Yaoundé-Douala. Après l’allocution finale du ministre de la Santé publique, une remise de don symbolique a été effectuée puis les présents sont allés inspecter la teneur du chargement envoyé par la France.

JPEG JPEG
JPEG JPEG
Remise du don de la France au ministre de la Santé publique

2. Don solidaire de sang de l’Ambassadeur de France au Cameroun

Le 23 octobre 2016, Gilles Thibault a donné son sang au centre médical américain de l’Ambassade des Etats-Unis avec plusieurs de ses homologues et autres collègues chefs de mission diplomatique (Union européenne, Canada, Japon, Israël, Italie, ONU, OMS, Banque Mondiale) en soutien immédiat aux besoins criants des 600 blessés d’Eséka. Le sang a été envoyé à l’Hôpital gynéco-obstétrique et pédiatrique de Yaoundé.

PNG

3. Don d’urgence de packs d’eau minérale à l’Hôpital Central de Yaoundé via Les Mariannes

Grâce à la mobilisation urgente de certains restaurateurs et de nombreux donateurs, l’association des femmes des services français au Cameroun, Les Mariannes, ont déposé, dès le lundi 24 octobre 2016 suivant la catastrophe, des packs d’eau minérale à l’Hôpital Central pour les blessés d’Eséka.

JPEG JPEG
Packs d’eau minérale. Les Mariannes, le directeur de l’Hôpital Central et son épouse.

4. Collecte de dons non-médicaux par la communauté française au Cameroun

Les Français du Cameroun ont, dans un élan de solidarité spontané, organisé une collecte de matériel non-médical pour les blessés d’Eséka.

Ces dons de couvertures, matelas, eau, denrées non-périssables,etc. ont été déposés aux écoles primaires Fustel de Coulanges à Yaoundé et Dominique Savio à Douala ces mercredi 26 et jeudi 27 octobre.

JPEG JPEG
Un don d’une Française à l’école primaire Fustel de Coulanges à Yaoundé le 26 octobre 2016

A Yaoundé, les dons récoltés ont été redistribués le 28 octobre à l’Hôpital Central, en présence du Pr Pierre Joseph Fouda, Directeur Général de l’Hôpital Central et son épouse, ainsi que de Mme Moussa Lassomme, Conseiller Technique n°1 au Ministère des Affaires Sociales et Mme Edimo Mbappe, Délégué Régionale du Centre, et de M. Bertrand Caillaud, Chef de la Section Consulaire de l’Ambassade de France à Yaoundé.

JPEG JPEG
JPEG JPEG

A Douala, le don a été remis à l’Hôpital Laquintinie le 2 novembre par le Consul général, M. Joël Renou, en présence du directeur de cet établissement, Prof. Louis Richard Njock.

JPEG

5. Don au Corps National de Sapeurs Pompiers du Cameroun (CNSP) d’un matériel de découpe et de levage en cas d’accident ferroviaire

Émue par la catastrophe d’Eséka, une société française a tenu à faire don au Corps National de Sapeurs Pompiers du Cameroun (CNSP) d’un jeu de matériel lourd de désincarcération adapté à la découpe des pièces épaisses de métal, comme les armatures des wagons.

Ce matériel spécifique est beaucoup plus puissant que les outils classiques de désincarcération qu’utilisent les pompiers dans le cadre des accidents de la route. Il dote désormais le CNSP d’une capacité projetable de découpe et de levage en cas d’accident ferroviaire, ce qui permettra de poursuivre les reconnaissances et les sauvetages en attendant les engins de manœuvres de force dépêchés par l’État et les industriels.

Ce matériel de pointe a été réceptionné mercredi 26 octobre par les pompiers à l’aéroport de Yaoundé. Testé dans la matinée du 27 octobre avec les groupes électrogènes et les flexibles offerts par le service départemental de Haute-Savoie, il est désormais opérationnel !

PNG

Dernière modification : 15/11/2016

Haut de page