AFD : La formation continue au cœur du partenariat public – privé dans le secteur forestier

L’Agence française de développement (AFD) apporte son aide à la Commission des forêts d’Afrique centrale (COMIFAC) pour repenser l’offre de formation dans le secteur forestier dans les pays de la zone.

JPEGLa Commission des forêts d’Afrique centrale (COMIFAC), à travers son Réseau des Institutions de Formation Forestière et Environnementale d’Afrique Centrale (RIFFEAC), a obtenu de l’AFD une subvention d’environ un milliard de Fcfa (1,5 M€) pour aider le Cameroun, le Congo et la République Démocratique du Congo (RDC) à repenser leur offre de formation continue au regard des besoins du secteur privé forestier.

Développer une offre de formation adaptée à la demande des milieux professionnels forestiers

Aux prémices du projet, en 2014, le RIFFEAC avait exprimé le besoin de diversifier son offre de formation pour développer, en complément de l’offre de formation initiale académique de ses 24 institutions membres, une offre de formation plus adaptée aux stratégies de développement des entreprises du secteur forestier.

Le Projet d’Appui au Renforcement de l’Adéquation Formation Emploi (PARAFE) constitue une réponse au besoin de structuration d’une offre de formation continue et de spécialisation avec les milieux professionnels de la filière bois.

Ce projet, financé par l’AFD à hauteur de 1,5M€, a notamment permis l’émergence d’une nouvelle offre de formation continue pour la filière forêt-bois, consistant en des modules de courte durée (05 jours en moyenne), élaborés à partir des besoins prioritaires des milieux professionnels (en termes de compétences et de métiers), coconstruits par des institutions de formation publique et des professionnels, et mis en œuvre au sein des entreprises.

Ainsi, parmi les actions phares de formation continue réalisées, peuvent être citées 04 exemples qui ont abouti à la formation de plus de 50 professionnels et apprenants sur les thèmes d’intérêt suivants :

- « Séchage du bois » réalisé au sein de l’entreprise forestière partenaire Groupe ALPICAM, multinationale italienne, spécialisée dans l’exploitation et l’industrie du bois et employant 1500 personnes dont 900 en industrie, et certifiée Origine Légale du Bois (OLB) sur sa chaîne de production et FSC sur sa chaîne de transformation. Cette formation mise en œuvre par le Centre Régional d’Enseignement Spécialisé en Agriculture (CRESA) Forêt-Bois de Nkolbisson (Cameroun), avec l’appui de la Haute école spécialisée bernoise (BFH) a permis d’améliorer les techniques de séchage du bois.

- « Conduite d’inventaires d’exploitation avec géo référencement », mise en œuvre par l’École Nationale des Eaux et Forêts (ENEF) de Mbalmayo (Cameroun) au sein de l’entreprise partenaire PALLISCO, multinationale française, seule société certifiée « Forest Stewardship Council – FSC » sur toute la chaine (de l’exploitation à la transformation) au Cameroun, spécialisée dans l’exploitation et l’industrie du bois et employant 500 personnes.

- « Layonnage », mise en œuvre par l’ENEF de Mossendjo (Congo) au sein de l’entreprise locale Afriwood afin d’améliorer les méthodes et outils de délimitation de la concession forestière.

- « Techniques de collecte et d’analyse des données cartographiques », mise en œuvre par l’Université de Kinshasa (RDC) dans le cadre d’un partenariat avec l’Observatoire Satellital des Forêts d’Afrique Centrale (OSFAC) en vue d’améliorer le suivi de la couverture forestière.

JPEGAu-delà des résultats constatés en termes de développement des compétences professionnelles et de collaborations entre le secteur privé et les institutions publiques de formation, les outils et méthodes développés dans le cadre du PARAFE au titre de la conception et de l’organisation de formations continues (07 référentiels de métiers et compétences, catalogue de formation continue, guide d’application de l’alternance, support de convention de financement, maquette de licence professionnelle par alternance…) ont été éprouvés et peuvent être opportunément réutilisés par les milieux professionnels et les institutions de formation pour d’autres besoins. Le site internet du RIFFEAC refondu à cet effet est accessible en suivant ce lien : www.riffeac.org

L’atelier de Douala d’avril 2018 a ainsi été l’occasion de dresser un premier bilan du PARAFE et d’amorcer la réflexion sur la capitalisation des acquis. En termes de perspectives, la consolidation des acquis et la poursuite des activités de ce type pourra opportunément s’envisager, au niveau régional, dans le cadre de l’Accord de Partenariat signé entre le RIFFEAC et l’Association Technique Internationale des Bois Tropicaux (ATIBT) en avril 2018.

Dernière modification : 17/07/2018

Haut de page